Aller au contenu principal

Menteurs menteurs menteurs

Bouquet de bobards authentiques signés Camus, Cocteau ou Boris Cyrulnik – tirés du « Dictionnaire sans fin du mensonge » publié par les éditions de l’Herne.

Un jour – mais lequel ? – un Crétois du nom d’Epiménide – je ne peux pas vous garantir que cette histoire est vraie, je n’y étais pas, je ne connais pas cet homme – ou peut-être que si ? –, un poète et philosophe dont l’existence remonte à six siècles avant Jésus-Christ (et celui-là, on est sûr-sûr de son passage sur Terre ? Non mais attendez ? On dit amen à tout ?), aurait – parait-il – formulé ce remarquable paradoxe : « Un Crétois dit que tous les Crétois sont des menteurs. Étant lui-même Crétois, il doit mentir si son énoncé est vrai. Mais s’il dit vrai, que les Crétois sont tous des menteurs, alors tous les Crétois ne sont pas des menteurs. Si c’est vrai, c’est faux. Si c’est faux, c’est vrai. »

nbb

Ce qui semble indéniable, c’est la publication récente d’un Dictionnaire  sans fin du mensonge, édité par les éditions de l’Herne, qui réunit en bouquet d’authentiques bobards piochés, par exemple, chez :

- Boris Cyrulnik, qui considère, sur le plan neuropsychiatrique, que notre disposition à raconter des craques est en fait « une œuvre d’art » ;

- Albert Camus, dans sa préface à l’édition américaine de L’Étranger, dont le héros refuse « de jouer le jeu » des conventions sociales ;

- Jean Cocteau, via son adaptation-traduction  en 1960 de Cher Menteur, de Jerome Killty  ;

- Raymond de Belfeuil, pseudonyme de la Comtesse de Poli, alias Clémentine-Félicie Hemery, qui en 1869 signa une fable éloquente, en vers, sur la faible popularité de « la vérité nue ».

- Et, par ailleurs, libres à vous de ne pas me croire, mais sachez qu’un auditeur providentiel et mystérieux, qui tient à garder l’anonymat, m’a envoyé dans la nuit un document exceptionnel, que Brigitte Fontaine nous disait, pas plus tard que la semaine dernière dans cette émission, avoir perdu : l’enregistrement de son adaptation anglophone du monologue sanglant de Lady MacBeth, en compagnie bruitiste de Sonic Youth. Vous l’entendrez ce soir, je le jure !

Et comme disait Hannah Arendt : « Le mensonge possède le grand avantage de savoir d’avance ce que le public souhaite entendre ou s’attend à entendre (…) tandis que la réalité a cette habitude déconcertante de nous mettre en présence de l’inattendu, auquel nous n’étions nullement préparés. »

nbb

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.