Aller au contenu principal

Eclats d’Annie Ernaux

Retours fragmentés sur l’auteure de « La Place » et des « Années », avec la participation de Michel Cloup et de Catastrophe.

annie

« Dissoudre une vie dans l’écriture. C’est à peu près ainsi que je peux définir mon idéal », expliquait en décembre dernier Annie Ernaux, 77 ans, lauréate du prix Marguerite Yourcenar pour l’ensemble de son œuvre. Dissoudre une vie : des Armoires vides (1974) à Mémoire de fille (2016), du récit d’un avortement contraint à celui d’un dépucelage tissé de « honte » et de « folles espérances », en passant par des portraits minutieux de ses parents (La Place, La Femme), son expérience complexe de la condition féminine (La Femme gelée, L’Événement) ou du passage du temps (Les Années), Annie Ernaux creuse et démultiplie le geste autobiographique en artisan du souvenir, par l’usage de ce qu’elle nomme la « littérature plate » – « une écriture du constat, soigneusement débarrassée de jugements de valeurs, une écriture au plus près de la réalité, dépouillée d’affects » et sans « dérision jubilante », comme le rappelle Le Vrai lieu, série d’entretiens avec Michelle Porte qui vient d’être rééditée (Folio / Gallimard).

Prétexte pour traverser, une heure durant, le fleuve Ernaux. « Ecrire, je le vois comme sortir des pierres du fond d’une rivière », dit celle qui sut examiner les mécanismes de domination socioculturelle à l’œuvre dans le langage, preuve douloureuse d’une séparation entre son milieu d’origine – le café-épicerie de ses parents, dans une petite ville rurale de Normandie – et celui qu’elle a su conquérir grâce au savoir – via l’enseignement des lettres, accédant en parallèle à la petite-bourgeoisie. Parmi divers extraits qui seront ce soir lus à voix haute, vous entendrez le musicien Michel Cloup (Diabologum, Expérience), qui depuis Toulouse nous a envoyé une « lettre à Annie Ernaux, en lui volant ses mots », ainsi qu’une harmonie de passage entonnée par le collectif Catastrophe, à partir d’un fragment des Années.

nova book box

 

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Juste Bruyat avec l’aide de Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot & Guillaume Girault.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Dans les archives de la Book Box (54)

Dans les archives de la Book Box (54)

Dans le coffre aux inédits de Prince, Laetitia Dosch « fait péter » les limites de l’humour, Maurice Pons triste à pleurer, Anaïs Nin par Jean Rouzaud, sous le drapeau anarchiste… Souvenirs.

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Suspendu aux ailes de ses « Furtifs », l’auteur de La Horde du Contrevent s’interroge sur la morgue « impériale » et « robotisée » du pouvoir présidentiel, l’avenir des Gilets Jaunes ou de la S.-F. et… répond aux questions de nos auditeurs.

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alain Damasio : « Quels degrés de liberté avons-nous perdus ? » (1/2)

Alerte aux « Furtifs » ! Dans l’angle mort de l’ultra-libéralisme, l’auteur de La Horde du Contrevent imagine des créatures indétectables capables de nous inciter à « déchirer la soie de nos cocons numériques ».