Aller au contenu principal

De la race en Amérique

Une émission remplie de lectures extraites du dossier du dernier numéro de la revue America.

book box

« Donnez-en long comme le doigt à un nègre, il en voudra long comme le bras. La seule chose qu'un nègre doit savoir, c'est obéir à son maître - faire ce qu'on lui dit de faire. L'instruction gâterait le meilleur nègre du monde. Si vous apprenez à lire à ce nègre (il parlait de moi), il ne sera pas possible de le garder. Cela le rendrait pour toujours inapte à l'esclavage. Il deviendrait aussitôt indocile et perdrait toute valeur pour son maître. Quant à lui-même, l'instruction ne lui serait d'aucun bénéfice et ne pourrait que lui nuire. Elle le rendrait mécontent et malheureux. »


Voilà comment Frédérick Douglass, esclave noir américain, décrit les raisons pour lesquelles son Maître lui refusait toute forme d’éducation. Ces mots rudes, directs, frontaux, il les a glissé dans ce qui deviendra l’un des récit majeur sur l’esclavage aux États-Unis, un témoignage de plus de 200 pages, paru en 1845, 20 ans avant l’abolition officielle de l’esclavage par Abraham Lincoln, et intitulé  « La vie de Frederick Douglass, esclave américain, écrite par lui-même ». « Écrite par lui-même »... comme un dernier crochet au menton de son ancien maître qui lui avait interdit d'apprendre à lire et à écrire.

book box


Comme le raconte Thomas Snegaroff dans le premier article du dossier de la revue América titré De la race en Amérique, « Jusqu'en 1808, date à laquelle l’importation des esclaves fut interdite aux Etats-Unis, entre 600 000 et 650 000 africains furent arrachés à leur continent et arrivèrent vivants dans le Nouveau Monde ». « Vivants »... La précision est utile quand on sait qu'entre 5% et 20% des captifs mouraient lors du « Passage du Milieu ». Et le Milieu, c’est l'Océan. L'Atlantique infranchissable.

C'est par une traversée que nous allons commencer cette Book Box. En 1927, la romancière et anthropologue afro-américaine Zora Neale Hurston va à la rencontre de Cudjo Lewis. Kossula de son vrai nom. A cette époque l’homme de 86 ans, installé en Alabama, est l’ultime survivant du Clotilde, dernier « cargo noir » à avoir illégalement accosté aux Etats-Unis, 67 ans plus tôt, en 1860.

book box


Des trois mois qu'elle passa aux côtés de Cudjo, à recueillir son histoire, Zora Neale Hurston tira un livre Barracoon, du nom des baraquements, des prisons dans lesquelles étaient parqués les esclaves avant la traversée. Sa capture au Dahomey - l'actuel Bénin -, ses réclusions, sa traversée de l'Atlantique, sa vente, puis sa libération et enfin la fondation d'Africatown, communauté historique d'anciens esclaves, à Mobile, Alabama… La romancière laisse résonner les mots de Cudjo, racontant tout ce qu'il a vécu, sans filtre.

Une émission imaginée et animée par Julien Goetz, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot

Visuels © couverture du magazine America / Nerissa Ward / Mark B. Anstendig

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Les vraies histoires des histoires fausses

Les vraies histoires des histoires fausses

À l'occasion de la sortie de l'album Fake News, signé Manu Larcenet, allons naviguer dans les eaux troubles du mensonge et des faux récits.

Mesdames, à l'abordage !

Mesdames, à l'abordage !

Bien souvent oubliées, de nombreuses femmes pirates marquèrent l'histoire de la flibusterie. Affûtez vos sabres, voici les portraits de quatre d'entre elles.

Les « Doubles Vies » de Vincent Macaigne

Les « Doubles Vies » de Vincent Macaigne

Auteur à presque-succès dans le dernier film d'Olivier Assayas, « Doubles Vies », Vincent Macaigne embarque ce soir à bord de la Nova Book Box.