Aller au contenu principal

Cro-mignons, les cueilleurs de fictions

Repenser la préhistoire – et avec elle le mythe du héros, la chasse ou l’art de raconter une histoire – avec « la théorie de la fiction-panier » d’Ursula K. Le Guin.

book box

« DE LOIN LE MEILLEUR FILM OU LIAM NEESON TUE TOUT LE MONDE ! » La phrase est visible partout en France. Dans le métro, les gares, au cinéma. Un slogan qui salit, un glaviot marketing, une idée de connard cynique irresponsable et rigolard. Pour inciter le chaland à courir voir Sang-froid, énième action movie bourrin-vénère où l’acteur sexagénaire de Taken rend de nouveau la justice par lui-même, le distributeur français du film n’a rien trouvé de plus débile, de plus racoleur, que d’écrire en énorme au-dessus du titre une citation de pseudo-critique pour expliquer qu’un carnage total était un argument séduisant pour se faire une toile, seul ou entre amis. Tuer tout le monde, comme si c’était sympa, un peu de fun à partager, distillé dans les consciences par un matraquage publicitaire de masse. Mais merde, d’où vient ce besoin de sang, cette glorification perpétuelle de la violence ?

De la nuit des temps ! Comme on l’apprend dans les feuillages de « la théorie de la fiction-panier » d’Ursula K. Le Guin, l’une des figures incontournables de la science-fiction américaine (1929-2018), qui invite à repenser la préhistoire – et avec elle le mythe du héros, la chasse et l’art de raconter une histoire. « C’est l’histoire qui fait la différence. Celle racontée par les chasseurs de mammouths à propos de raclée, de viol, de meurtre, l’histoire merveilleuse et empoisonnée, l’histoire-qui-tue. Il semble parfois que cette histoire touche à sa fin, écrivait-t-elle en 1986. Nous ferions mieux de commencer à en raconter une autre. L’histoire vivante », recueillie dans un panier plein de graines, « de mauviettes et de maladroits... »

book box premières fois

En attendant la nouvelle traduction de ce court essai via le recueil Danser au bord du monde (par Hélène Collon, en librairies en avril aux éditions de L’Éclat), trois extraits seront lus ce soir, suivis de deux passages de Nos Premières fois du préhistorien français Nicolas Teyssandier (sortie le 5 avril aux éditions La ville brûle), qui détaille l’apparition du premier mot, de la première grotte, du premier bijou, du premier chef, de la première drogue… chez nos ancêtres primordiaux. Sans tuer personne !

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot & Guillaume Girault. Aide à la préparation : Léonard Dubin.

Visuel © Image de Cro Man, réalisé par Nick Park.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.

Philippe Garnier : «  John Fante, Nick Toshes, Hollywood, l’Amérique et moi... » (2/2)

Philippe Garnier : « John Fante, Nick Tosches, Hollywood, l’Amérique et moi... » (2/2)

Traducteur de Fante ou Bukowski, l’ex-correspondant de Libération à Los Angeles signe une biographie minutieuse sur « le drame, la grandeur et les coups de gouvernail » de l’acteur-auteur Sterling Hayden.