Aller au contenu principal

Contre « la danse de destruction du monde »

Pollinisation de textes sur l’urgence écologique signés Derrick Jensen ou Paul Watson, sélectionnés, lus et commentés par Audrey Vernon.

«  Et maintenant, il faut se battre. » C’était lundi soir à la Maison des métallos de Paris. Une conférence publique, un appel à l’action contre « la danse de destruction du monde ». La pollinisation de textes militants très concrets sur l’urgence écologique, à partir de ce constat formulé par l’activité californien Derrick Jensen : « Nous sommes au bord d’un effondrement biotique absolu. 90 % des grands poissons ont disparu des océans, 97 % des forêts primitives ont été détruites, ainsi que 98 % des prairies primitives. Il y a dix fois plus de plastique que de phytoplancton dans les océans. Les populations d’amphibiens s’effondrent, tout comme les populations d’oiseaux migrateurs, de mollusques, de poissons, et ainsi de suite. Avez-vous remarqué que vous ne devez plus nettoyer votre pare-brise aussi souvent ? Même les populations d’insectes s’effondrent. Deux cents espèces disparaissent chaque jour. (...)  

eathforce

« Nous devons vraiment nous mettre à penser comme un mouvement de résistance sérieux. Parce que c’est une guerre. Je sais que ça dure depuis dix mille ans et que ça fait partie de notre quotidien. Les lumières fonctionnent, les placards sont pleins, mais c’est bel et bien une guerre. Et s’il reste quelqu’un sur Terre dans un siècle pour regarder en arrière, il ou elle se demandera : mais putain, qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez eux, pour qu’ils ne se soient pas battus toutes griffes dehors alors que notre unique planète était en train de crever ? Vous aimez tous quelque chose. Quoi que vous aimiez, cette chose est menacée. Aimer est un verbe. Cet amour doit nous pousser à l’action. »   

Ces textes qui poussent à l’action ou a minima à la prise de conscience, comme Earthforce - manuel de l’éco-guerrier du Canadien Paul Watson ou Ecologie en résistance de Derrick Jensen, constitueront le terreau fertile de l’émission de ce soir, sélectionnés et lus par mon invitée, Audrey Vernon, comédienne et auteure de spectacles humoristiques et intelligents, souvent engagés et à fort coefficient littéraire : Fukushima work in progress, Marx et Jenny, Chagrin d’amour ou Comment épouser un milliardaire, dont la 500e représentation aura lieu ce jeudi au Théâtre Antoine à Paris. Participer au sauvetage de la planète, quelle meilleure résolution pour 2018 ?   

invitée

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Guillaume Girault. Vidéo : Massinissa Naït Mouloud.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Cette alchimiste de la pop expérimentale fait son nid sur la scène du Nouveau Théâtre de Montreuil, pour un live aérien, composé à partir de chants d’oiseaux et entremêlé de lectures où les piafs jouent un rôle essentiel.

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.