Aller au contenu principal

Bertrand Belin :  « Écarquiller la langue » (2/2)

Plus politique qu’à l’accoutumée, le crooner vif-argent signe un roman-fable sur les carnassiers du libéralisme, doublé d’un disque élégant où s’affirme tout en subtilité son soutien naturel aux classes populaires.

book box belin

« Le récemment promu, qui s’entraîne depuis longtemps à ne rien éprouver qui puisse l’ébranler, a ceint ses méninges de douves », peut-on lire dans le troisième roman de Bertrand Belin, mystérieux, mordant, intitulé Grands Carnivores et publié il y a peu aux éditions POL. Ce récemment promu « directeur des entreprises de boulons, de ressorts, de roues dentées » a des crocs plein la bouche et la pensée. Ce méchant de conte est un squale ultra-libéral, roi de pique et coeur de pierre « échouant à devenir l’objet de quelque véritable amour, a rapidement substitué au plaisir d’être aimé, celui d’être redouté ». Un requin – titre déjà du premier roman, en 2015 – plus requin que les requins eux-mêmes. Un prédateur qui a de la concurrence lorsqu’une rumeur s’abat sur la ville : les fauves du cirque se sont échappés, on va se faire manger.

Roman frappant d’inquiétudes sociales et de violence macro-macron-économique, qui présente des échos naturels avec le bel album qui paraît simultanément : Persona, le sixième du crooner vif-argent de 48 ans (Cinq 7 / Wagram), « disque en rase-motte, composé à un mètre du sol », en empathie avec « des  hommes et des femmes sur le cul », des « camarades qui travaillent » comme des « chiens » et qui finissent par « glisser », qui ont peur de n’avoir « plus de paix de paye de pays de pain » et qui redoutent un été « de ciels embrasés de Canadairs ». Garde-à-vous, gare à vous : tel le Grand Duc de sa chanson, Belin voit tout, entend tout.

book box belin

De quoi déplier la mécanique de son écriture, en parlant de son enfance, de Flaubert, de Beckett, de Bashung, des Gilets Jaunes ou de l’art du « ressassement » pêché chez Christophe  Tarkos, le temps d’une interview en deux épisodes d’une heure, ponctuée de deux chansons en live.

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Photo, vidéo : Morane Aubert & Massinissa Naït Mouloud. Merci à l’Hôtel Maison Montmartre pour leur accueil.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Cette alchimiste de la pop expérimentale fait son nid sur la scène du Nouveau Théâtre de Montreuil, pour un live aérien, composé à partir de chants d’oiseaux et entremêlé de lectures où les piafs jouent un rôle essentiel.

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.