Aller au contenu principal

Avec Rodolphe Burger

Happy Hour en compagnie d’un laborantin du rock, qui sample ou s’inspire de T. S. Eliot, Goethe ou Beckett, pour l'album « Good », en tournée.

Rodolphe Burger Good

« Salut c’est Ralph / Ça te dit quelque chose ? / Viens là que je te griffe, que je t’égorge / Que je croque ton oreille / Que je te fasse ta fête / J’ai la dent dure, l’estomac solide / J’aime les nourritures riches / Viens là mon limaçon mollasson / Mon baba au rhum de soja / Que je te crève les yeux, que je baise ta cervelle... », menace en douceur Rodolphe Burger, d’après les mots de Samuel Beckett. Cet automne, ce laborantin du rock est en tournée pour défendre Good. Ou l’album qui, presque malgré lui, « enfonce le clou » de sa réputation de musicien lettré. Après son hommage au poète palestinien Mahmoud Darwich mêlé au « Cantique des Cantiques », la montagne alsacienne adapte, détourne, sample ou revisite Goethe, Cummings, Büchner ou T. S. Eliot.

Prétexte(s) en or pour une « happy hour » sur Nova avec le meneur de Kat Onoma (1986-2004), qui interprétera seul avec sa guitare et ses machines trois titres en live, agrémentés d’une lecture « dure et splendide » tirée de Histoire de la littérature récente tome 2 de son complice et parolier Olivier Cadiot (éditions P. O. L.), tout en revenant sur l’origine de sa chanson Samuel Hall offerte à Bashung, à partir d’une phrase défaite de Jim Thompson...

En fin d’émission, une invitée masquée, en la personne de la scénariste de bande dessinée Loo Hui Phang, se joindra au bal. Pour une reprise tout à fait shakespearienne de la Compagnie créole.

Photo et vidéo de Rodolphe Burger : Morane Aubert.

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Juste Bruyat avec l’aide de Sulivan Clabaut et d’Emmanuel Baux.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Sophie Divry : « Pour des romans difformes »

Sophie Divry : « Pour des romans difformes »

Lauréate 2018 du Prix de la Page 111, l’autrice lyonnaise de « La Condition pavillonnaire » milite pour une littérature « carnavalesque, farfelue ou enfantine ».

Luz : « Ancré dans l’encrier » (2/2)

Luz : « Ancré dans l’encrier » (2/2)

Lumière sur la bibliothèque mentale du dessinateur de « Catharsis » : Dostoïevski, Gide, Ballard… et, tôt ou tard, « Le Lambeau » de Philippe Lançon.

Luz : « Ancré dans l’encrier » (1/2)

Luz : « Ancré dans l’encrier » (1/2)

Lumière sur les années Charlie du dessinateur de « Catharsis ». En deux épisodes d’une heure, il rend hommage au génie de Cabu, de Charb ou de Gébé… tout en nous racontant beaucoup, beaucoup de bonnes blagues.