Aller au contenu principal

Alain Damasio : « Macron n’a aucune empathie pour le peuple » (2/2)

Suspendu aux ailes de ses « Furtifs », l’auteur de La Horde du Contrevent s’interroge sur la morgue « impériale » et « robotisée » du pouvoir présidentiel, l’avenir des Gilets Jaunes ou de la S.-F. et… répond aux questions de nos auditeurs.

« Une forme de chauve-souris très aplatie, translucide... », les « oreilles en pavillon », une « triple aile », « quatre pattes en dessous ». « À l’image du son, le furtif ne connaît pas d’état arrêté. L’imprévu est sa nature. Tous deux, furtif et son, relèvent de la transformation perpétuelle, impossible à bloquer, fixer. () Cette vitalité fait peur, bien sûr. Elle suscite l’appréhension. Parce que le furtif reste incontrôlable ; quand nous l’identifions l’espace d’un instant, il est déjà autre. »

Furtifs

France, 2040. Dans les villes privatisées jusqu’à la nausée, des citoyens continuellement filmés, épiés, notés, bien dociles, voient leurs maigres capacités de révolte endormies par le doux « nuage » du « techno-cocon », cette zone de confort numérique paramétrée par leurs soins, esclaves ravis d’une d’une dystopie ultra-libérale où les consommateurs s’auto-aliènent en se mettant en scène, eux-mêmes, comme des produits. À l’ombre de cette société du tout-visible connecté, des créatures mythiques, métamorphes et insoupçonnables, sèment la zizanie : les furtifs, « plus haut niveau du vivant », « alliance du végétal et de l’animal », qui auraient dit-on réussi à fusionner avec une petite fille possiblement contagieuse, échappant désormais à tout contrôle, et que le gouvernement voudrait capturer à tout prix... 

Damasio

Les Furtifs sont l’événement S.-F. de l’année. Quinze ans de réflexion, trois ans d’écriture pour un pavé jaune vénère de romanesque baroque, remuant, dont les 700 pages caracolent en tête des ventes, accompagnées d’un disque de déclamations mises en son par Yan Péchin, le tout publié par un éditeur indépendant (La Volte). Lyonnais installé à Marseille, Alain Damasio, 49 ans, arrive le dos lesté d’un énorme sac à dos orange, comme revenant d’une longue marche. Et puisqu’il n’a pas de téléphone portable, l’auteur acclamé de La Zone du dehors (1999) et de La Horde du contrevent (2004, Grand Prix de l’Imaginaire, 300 000 exemplaires vendus) se déplace en demandant sa route, pour trouver l’angle de rue où se cachent les nouveaux studios de Nova, encore mal identifiés par les traceurs de géolocalisation. Comment reprendre le contrôle de nos vies sous surveillance ? Nous avons deux heures pour en parler, le temps d’un entretien en deux épisodes d’une heure, ce soir et demain - à l’affût.

Gj

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut avec l’aide de Lucile Aussel et d’Adèle Caglar. Programmation musicale : Michael Liot. Récolte des questions des auditeurs : Rémi Benchebra.

Photo © Mathilde Beaugé.

Le premier épisode de notre entretien avec Alain Damasio est à écouter ici : http://www.nova.fr/index.php/podcast/nova-book-box/alain-damasio-quels-degres-de-liberte-avons-nous-perdus-12 

Certaines créations sonores utilisées dans l’émission sont issues de cette plateforme liée à la sortie des Furtifs : https://www.phonophore.fr

Alain Damasio et Yan Péchin en lecture musicale à la Maison de la Poésie de Paris le 4 juillet : https://www.maisondelapoesieparis.com/events/alain-damasio-yan-pechin-entrer-dans-la-couleur/

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Parler la langue des oiseaux, avec Perrine En Morceaux

Cette alchimiste de la pop expérimentale fait son nid sur la scène du Nouveau Théâtre de Montreuil, pour un live aérien, composé à partir de chants d’oiseaux et entremêlé de lectures où les piafs jouent un rôle essentiel.

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.