Aller au contenu principal

À la Dérive avec Fred Pallem

Ici il y a un bébé qui finit sa compote, au sous-sol, c’est la boîte à joujoux de Fred Pallem : piano, contrebasse, orgue, partoches, mur de guitares et de vinyles, Louis de Funès en poster.

Ce matin, on part à la dérive avec le chef d'orchestre Fred Pallem. Il dirige depuis 20 ans le Sacre du Tympan, big band débridé, piccolo saxo et compagnie, Stravinsky sous champi.

A la dérive avec le chef Fred Pallem, c'est déjà Noël. Un festin où l'on joue l'harmonie des vins, toute une gamme de fromages, les grappes d'accords, des notes sucrées, des trémolos qui croustillent…  Il était une fois, quelque part des les Yvelines, une maison avec un bébé, des petits vélos colorés, des instruments par milliers… 

À quelques kilomètres de Paris on se perd, les yeux tout ronds, dans la plus belle épicerie de France. On roule et on a traverse la région, direction la maison.  Ici il y a un bébé qui finit sa compote, au sous-sol, c’est la boîte à joujoux de Fred Pallem : piano, contrebasse, orgue, partoches, mur de guitares et de vinyles, Louis de Funès en poster.

Le Sacre du Tympan, c'est son pop up : il y a des images qui surgissent, des courses-poursuites, des paysages exotiques, des visions nocturnes… À la dérive avec chef Pallem, c'est une odyssée tout en son et en couleur...


Le Sacre du tympan fête ses 20 ans avec un nouvel album qui s’appelle l’Odyssé, un concert à Gaité Lyrique à Paris le 24 janvier et une tournée en France.

À la dérive, avec Aurélie Sfez, tous les dimanches à 18h. Réalisation : Bertrand Chaumeton.

Visuel © Pochette de l'album Odyssée

À la dérive
Emissions

À la dérive

par Aurélie Sfez
Le Dimanche à 18h

À la Dérive avec Lucie Antunes

À la Dérive avec Lucie Antunes

Ça commence dans une caverne à Aubervilliers.Comme une petite souris Lucie travaille dans les sous-sols depuis son initiation aux percussions.

À la Dérive avec SebastiAn

À la Dérive avec SebastiAn

Tout commence entre chien et loup, ici dans son studio par un atelier « Chapi Chapo » et avec trois fois rien, on fabrique un super morceau.