Aller au contenu principal

Dans le Jargon : « FRANGNOL »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.

Dans le Jargon se penche aujourd’hui sur un phénomène très intéressant, l’invasion dans le rap français de l’espagnol… L’apparition du frangnol. La semaine dernière est sorti un projet de rap français attendu de longue date, celui du duo de Montreuil Triplego. Quand on écoute le très réussi album Machakil, quelque chose frappe immédiatement, c’est l’omniprésence de l’espagnol dans les textes. 

Triplego n’est clairement pas le seul groupe - ou rappeur - à utiliser l’espagnol dans ses textes. C’est même une tendance très nette que l’on peut observer dans le rap français depuis quelques années. Evidemment, on retrouvait déjà de l’espagnol dans le rap français avant ces dernières années. Chez AP du 113, chez la Sexion d’Assaut, Keny Arkana, Doc Gynéco etc. Mais jusqu’alors, c’était par toutes petites touches.  

 

Qu’est-ce qui a changé depuis ? Beaucoup de rappeurs se sont abonnés à Netflix… Comme beaucoup d’abonnés, ils ont binge-watché Narcos ou encore, La Casa De Papel.

D’ailleurs, on ne compte plus les occurrences de « Plata o Plomo », « l’argent ou le plomb », la devise d’Escobar dans les couplets de rap de ces dernières années. Ces rappeurs vont même plus loin en samplant le générique dans tous les sens. Depuis, la figure du narco-traficant sud-américain est devenue terriblement à la mode. Tapez juste Medellin, comme la ville au célèbre cartel, dans une playlist de rap français sur les plateformes de streaming pour voir les occurrences… 

En parallèle, comme on en a déjà parlé dans BAM BAM, le succès mondial de titres hispanophones comme Despacito, le rappeur Bad Bunny, ou encore Cardi B, ont finit par désinhiber les rappeurs français. Ils se sont de plus en plus autorisés à aller sampler des guitares latino ou des rythmes reggaeton et dancehall comme le prouve le succès de Hamza

Celui qui s’est le plus engouffré dans cette scène est probablement Jul qui accumule à la fois la langue et les rythmes. 

Depuis, on ne compte plus les rappeurs qui se sont essayés à cette vibe latino : Gims, l’Algérino, Sadek, Ninho… Au-delà de toutes ces inspirations, il existe aussi des considérations historiques, culturelles et sociales qui concernent beaucoup de rappeurs en France. Si, chez PNL par exemple, on entend beaucoup d’espagnol c’est parce que les deux frères parlent toujours de « claquer le bénef », en Espagne, à Benidorm par exemple, une ville de la Costa Blanca. Lieu que l’on croise beaucoup dans leurs clips et qui représente l’archétype du tourisme de masse à bas prix. L’espagnol c’est donc la langue des vacances et, les morceaux sur les vacances, c’est bien. L’espagnol c’est aussi la langue d’un certain type de vacances que connaissent bien les enfants issus de l’immigration maghrébine, ceux qui, pour rentrer l’été au bled, chargent la voiture et traversent toute l’Espagne. L’espagnol c’est alors le son de la route des vacances, c’est le son associé à l’été. Mais pour en avoir le coeur net, on a préféré demander à Sanguee de Triplego, les raisons de son emploi de l’espagnol dans Machakil. C’est Dans le Jargon de BAM BAM !

Dans le Jargon, tous les mercredis dans BAM BAM, le Bureau des Affaires Musicales de Radio Nova, animé par Sophie Marchand et Jean Morel et réalisé par Malo Williams, du lundi au vendredi sur Nova.

Visuel : (c) Nova

Dans le Jargon
Emissions

Dans le Jargon

par Sophie Marchand & Jean Morel

Dans le Jargon : « ILLMATIC »

Dans le Jargon : « Illmatic »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.

Dans le Jargon : « Camp »

Dans le Jargon : « Camp »

Toutes les semaines, dans BAM BAM, on vous explique ces expressions que l’on entend toujours sans jamais les comprendre.