Aller au contenu principal

Cargo de Nuit : épisode 4

Chaque jour, Thierry Paret vous raconte son expédition dans l’Atlantique, embarqué à bord d’un cargo.

La Liberty Bridge. C’est ainsi que l’on nomme la ligne empruntée par les cargos qui relie l’Europe à la côte est des États-Unis. Une véritable autoroute de la marine marchande, une ligne droite qui passe au sud des glaces de Terre-Neuve. Parmi les nombreux cargos qui empruntent cette ligne, il y a La Traviata, porte-conteneurs de la compagnie française CMA CGM sur lequel notre journaliste Thierry Paret a eu l’occasion de vivre durant une semaine entre Le Havre et New York. C’est Cargo de Nuit.

Cargo de nuit

C’est le quatrième jour de bateau. Autrement dit, nous sommes pile au milieu de notre traversée entre Le Havre et New York, pas très loin des glaces de Terre-Neuve, qu’on ne verra pas pour des raisons évidentes de sécurité. En fait, le commandant adapte notre tracé en fonction de la fonte saisonnière des glaces. Nous suivons toujours la route du Titanic. D’ailleurs, nous ne sommes pas très loin de sa carcasse. C’est sans doute un hasard mais on sent que l’on bascule vers la seconde partie de notre périple car le temps change. Désormais, il fait beau et il y a moins de vent. Les membres d’équipage philippin se permettent même une partie de basket sur le pont arrière du bateau.

Un plafond de conteneurs

Cargo de nuit

Le pont arrière du cargo est une vaste zone bruyante ouverte sur la mer, avec un plafond de conteneurs ! Les conteneurs sont entreposés jusqu’au bord du cargo, si l’on pouvait les faire même dépasser on le ferait sans doute. Le pont arrière est si vaste qu’une moitié de terrain de basket y a été dessinée, et si haut de plafond qu’un panneau de basket y a été installé. Le basket est apparemment le sport national aux Philippines. Et effectivement, à les voir jouer on comprend tout de suite qu’ils ne prennent pas l’affaire à la légère. Ils installent de grands filets pour éviter que la balle ne finisse à la flotte et ont même des maillots aux couleurs de l’armateur avec le nom de ce dernier dessus, celui du bateau (La Traviata) et bien sûr celui des joueurs au dos.  

Les loisirs

Le basket est l’un des rares loisirs réalisés en extérieur. Les autres loisirs se pratiquent dans le château, le seul endroit où il n’y a pas de cargaison, là où les membres d’équipage vivent. Dans ce que l’on appelle le château, il y a une salle de gym et une piscine qui est remplie d’eau de mer, c’est-à-dire que, près de New York, la température ça va. Près du Havre, c’est autre chose, on est sur du 15°. Il y a aussi une salle de repos avec un bar, un jeu de fléchettes, un babyfoot dans un coin, une table de ping-pong, une autre pour jouer aux échecs. On trouve aussi au niveau du château mais en extérieur, un barbecue de fortune qui laisse présumer quelques soirées grillades avec vue sur mer.  

La Traviata ne ressemble en rien à ce que j’imaginais

Je m’attendais avant de partir à plus de confort en extérieur et moins en intérieur, en fait, c’est l’inverse. À l’extérieur d’un cargo, il y a généralement, en tout cas en Atlantique c’est comme ça, beaucoup de vent, beaucoup de brume. Le bateau est très bien entretenu, on voit les membres d’équipage l’entretenir en permanence, mais avec le vent et l’eau de mer, tout est quand même humide et graisseux. Il y a aussi des odeurs de fioul, de solvants, de peintures. À l’intérieur, tout est conçu pour être au mieux, par exemple les cabines sont très grandes, avec un espace bureau et un canapé. Il y a aussi une salle pour regarder des DVD, une bibliothèque et un dressing avec des machines à laver. Cela peut surprendre, mais en fait, en y réfléchissant, c’est normal. Les membres d’équipage sont en mer plusieurs semaines, sinon plusieurs mois, donc il faut qu’ils soient au mieux pour travailler.

Les congés

La règle qui s’impose pour les congés est très simple, un jour de repos pour un jour travaillé. Tu travailles un mois, tu t’arrêtes un mois. Il faut noter que les membres d’équipage sont loin de leurs proches durant de longues périodes et que c’est un boulot très physique. D’ailleurs les membres d’équipage sont jeunes.

Cinquième et dernier épisode de Cargo de Nuit, demain dans la Matinale d’Armel Hemme.

Mille mercis à l'agence Mer et Voyages qui m'a permis de réaliser ce voyage hors du temps, et qui accompagne chaque voyageur qui le souhaite à voyager différemment.

Visuels : (c) Thierry Paret

Cargo de nuit
Emissions

Cargo de nuit


Cargo de Nuit : épisode 5

Cargo de Nuit : épisode 5

Chaque jour, Thierry Paret vous raconte son expédition dans l’Atlantique, embarqué à bord d’un cargo.

Cargo de Nuit : épisode 3

Cargo de Nuit : épisode 3

Chaque jour, Thierry Paret vous raconte son expédition dans l’Atlantique, embarqué à bord d’un cargo.

Cargo de Nuit : épisode 2

Cargo de Nuit : épisode 2

Chaque jour, Thierry Paret vous raconte son expédition dans l’Atlantique, embarqué à bord d’un cargo.