Aller au contenu principal

Saul Williams de bon matin

Il était dans la Matinale, Il est en ciné-concert ce mercredi au MK2 Quai-de-Seine à Paris

Par Quentin M

A l’occasion de la sortie en salles d’Aujourd’hui, le troisième long-métrage d’Alain Gomis, qui sera notamment projeté mercredi 9 janvier 2013 au MK2 Quai-de-Seine en présence et sur la musique improvisée de Saul Williams, Linda (Lorin) et Thierry (Paret) ont reçu dans la Matinale l’acteur principal de ce conte aux mélodies dansantes, aux couleurs ocres et aux accents métaphysiques. 

Saul Williams n’a pas hésité à braver la fraîcheur hivernale pour se rendre à la radio et livrer son « regard » sur le film – ce fameux regard qui a convaincu Alain Gomis de le recruter, que dis-je, de l’élire. L’occasion pour nous de revenir brièvement sur cette matinée égayée par le rire communicatif de Mister Williams.

Comme d’hab’, tout a commencé par un contrôle d’identité. C'est la procédure. Une fois la nationalité (US) du prévenu, attestée par l’agent Paret, les réjouissances ont pu commencer.

Saul Williams a 10 ans

Première révélation : Saul Stacey Williams, de son grand nom, n’a pas 40, comme le laisse erronément entendre sa fiche Wikipedia, mais 10 ans. En effet, victime bissextile des aléas de la naissance, il voit le jour un beau matin (ou le soir, l’histoire ne le dit pas) de février 1972 – le 29 pour être précis – et ne fête subséquemment son premier anniversaire que 1460 jours plus tard, le 29 février 1976… etc.  

Comme dans une danse

Deuxième révélation : Saul Williams a pris un réel plaisir à jouer le personnage de Satché dans ce film ; il s’y est engagé « comme dans une danse ». Sentiment de félicité qu’on entend dans toutes les promos – manquerait plus qu’ils disent le contraire – mais qui, dans la bouche de l’intéressé, ne semble pas du tout feint.

Et l’acteur d’insister sur la spécificité de son rôle : il devait transmettre tout un tas de sentiments au spectateur, de la stupeur à la quiétude en passant par la joie et l’angoisse, en faisant presque intégralement l’économie de la parole. Véritable gageure pour un poète ! Même si le film n’est pas tourné dans sa langue natale. Car le long-métrage du franco-sénégalais Alain Gomis a été tourné à Dakar, avec des acteurs au mieux francophones (au mieux pour Williams, qui habite depuis 4 ans à Paris) et au pire peul-, sérère-, diola-, soninké-, mandingue- ou bambara-phone.

2ème partie de l’émission, on sort la valise. Saul y découvre d’abord une trompette de farce et attrape, souffle candidement, détruit le tympan de l’auditeur et saute sur la bruyante occasion pour rappeler qu’au-delà du destin macabre de Satché (no spoiling, le film commence sur l’annonce de sa mort prochaine), Aujourd’hui est d’abord l’histoire d’une grande fête, celle de la vie.

Il découvre ensuite le livre de Philippe Delerm, La première gorgée de bière. Pas d’émotion particulière à la vue de cet ouvrage inconnu. Mais Linda l’instruit d’emblée du thème de l’ouvrage – la puissance savoureuse  de l’initiatique – et Saul Williams rebondit. Oui Satché va vivre son dernier jour comme si c’était le premier, avec force, vitalité, abnégation presque, dans la pure et simple satisfaction de s’éteindre aux côtés des siens (famille,  amis, amantes aussi).

Générique de fin d’émission, Saul Williams en profite pour annoncer la tenue d’un Ciné-concert exceptionnel ce mercredi 9 janvier 2013 à 20h au MK2 Quai de Seine. Il habillera le film de ses ambitieuses improvisations musicales, réorchestrant sur scène des images le mettant en scène à l'écran. Du don d’ubiquité de l’artiste !