Aller au contenu principal
Analyse de Jaquette : Frank Ocean

Analyse de Jaquette : Frank Ocean

Ce que nous dit la pochette de l'album "Channel ORANGE" de Frank Ocean

Par Giulio Callegari

Les jaquettes des albums en disent long sur les artistes et leur musique. Leur analyse paraît donc tout à fait pertinente. Bienvenue dans Analyse de Jaquette. 

Aujourd’hui, disséquons la pochette d’un des meilleurs albums de 2012 (dixit quelques personnes chez Nova) : Channel ORANGE de Frank Ocean.

Premier constat pour l’œil aiguisé (je voulais dire aguerri ça va) : le visuel est carré. Ni à l’italienne ni à la française…on peut donc dire que nous avons affaire à un format franco-italien. Un transalpisme pas pacifique, non non ; simplement, pour faire tenir un disque laser rond de 120mm, l'emballage carré s’est vite imposé au cours des brainstorm' des ingénieurs packaging de chez Sony. 

D’emblée ce qui frappe sur l’album c’est la couleur. Mi-melon, mimolette, ce monochrome orange dégoûte, puis intrigue, re-dégoûte mais finit par intriguer sérieusement. 

À la pipette Photoshop, les niveaux quadrichromiques CMJN trahissent quelques tendances déjà. Cet orange Ocean compte 0% de Cyan, 68% de Magenta, 90% de Jaune et 0% de Noir.

Frank Ocean a donc choisi de ne mettre aucun bleu, bizarre pour un Ocean, et aucun black, bizarre pour.

Quant à savoir pourquoi il y a 22% de plus de jaune (l’infidélité) que de rouge (la passion) dans ce mélange éloquent, laissons à l’artiste sa vie privée.

Non, il s’agit d’être focus sur l’orange. Quelle idée Frank Ocean a-t-il derrière la tête au moment de choisir la teinture abricot dans les échantillons de la gamme Pantone ?

Le site de spécialiste Fleurir-une-tombe.com nous apprend côté gerbes et symbolique que l’orange « active et favorise l’amabilité » et qu’il « symbolise aussi la fidélité » (il y avait aussi « très appréciée des enfants »).

Frank Ocean symboliserait donc la fidélité avec 90% d’infidélité. L’interprétation a l’air tirée par les cheveux. 

Attaquons plutôt le nom, l’hypallage « channel ORANGE ». Cet orange signifiant libellé blanc sur un fond orange, le signifié. Une mise en abyme, un orange total.

Anagrammé, orange donne « organe ». Une sortie feutrée de placard ? On tient un truc. Surtout quand on sait que le MC californien a fait son coming out cette année - Le 3 juillet 2012, il fait son coming out dans une lettre postée sur son tumblr, dans laquelle il raconte comment il est tombé amoureux d'un garçon pour la première fois quand il avait 19 ans et l'importance que cette personne a eu sur la suite de sa vie. Le texte est imprimé et inséré dans son album » Wikipédia.

Si Frank joue la carte orange c’est aussi un camouflet évident contre l’homophobie du Front National, un écho flagrant à la victoire du FN lors de la municipale d’Orange dans le Vaucluse en 1995.

 

Joelle Adam, experte en relooking et séduction à Toulouse et à distance, raconte sur son forum look-et-seduction.org/ que la couleur orange est l’allégorie de la luxure, du besoin de jouissance et d'expansion, de l'adultère, de la dissimulation et de l'hypocrisie. Dans l'ordre, autant de phases nécessaires au deuil de l’hétérosexualité.

Et puis le mot « Channel » s’habille strass paillettes, une allusion forcément couture quoique disco, encore un clin d’œil à l’homosexualité (Sauf que Chanel s’écrit avec un « N », coco).

 

Dans un entretien accordé à Canal +, Frank confesse une autre maladie : « je suis atteint de synesthésie. Je me sens plus comme un artiste visuel qu'un musicien quand je travaille. »

La version officielle veut que le nom Channel ORANGE soit une allusion à la synesthésie -  le fait d'associer involontairement certaines perceptions (par exemple une couleur) à des stimuli (un son, un chiffre, une émotion).

Frank Ocean serait atteint, comme Pharell Williams, de synesthésie dite « graphèmes-couleurs », quand les signes, lettres de l'alphabet ou nombres, sont perçus colorés (bonjour les lettres colorées aimantées sur nos frigos).

Le titre du disque raconte le syndrome neurologique et sa manifestation la première fois que le ’tit cœur de Frank Ocean a fait boum crac :  « C’était un été, la première fois que je suis tombé amoureux, et je voyais tout orange ». Une chaîne de télé orange, quoi. La terre vue du miel.

Quand il a rencontré son premier mec, Frank a tout vu couleur amabilité, couleur appréciée des enfants. Ce même jour couleur mandarine, Frank a donc chopé la synesthésie et contracté l'homosexualité (et au passage sûrement attrapé un sacré coup de soleil). 

 

La jaquette devient le moyen pour Frank de réaffirmer, en criant pas hyper haut ni très fort, qu'il en est, de la jaquette. Et de faire son coming out synesthète. Orange, sur Orange. Un canal diamanté et deux confessions.

Il faut une certaine vigilance orange tout de même pour le deviner, tant Frankie fait de l'environ. Dans le collimateur des gros bras du rap US, Ocean n’a même pas mis son nom sur le disque, histoire de déguiser un peu plus son ambition gay. La fuite lâche d'une inavouable vérité dans un milieu hip-hop aussi hétéro que Vin Diesel ou du Rugby ou encore la guerre.

Il dissimule son message par exemple avec ce label ultra hétéro PARENTAL ADVISORY EXPLICIT CONTENT (presque : " À tou lé papas, lé mamans, attention, gro contenu de viril") ou derrière la fausse piste de la guerre du Vietnam (l’agent orange), branche connue de l'hétérosexualité.

Pour finir, il suffit de retourner le disque, sur le 4ème de jaquette pour facilement interpréter son histoire, le propos du disque, dans le tracklisting :

1. "Start"  - je vais commencer
2. "Thinkin Bout You"  - je pense à toi, Jones
3. "Fertilizer"  - même si notre relation sera forcément stérile
4. "Sierra Leone" – comme un désert d’Afrique
5. "Sweet Life"  - mais on aura une belle vie
6. "Not Just Money" – et pas que de l’argent          
7. "Super Rich Kids" (feat. Earl SweatShirt) – si la loi passe on adoptera des enfants, au Sierra Leone il paraît que c’est facile, en échange d'un Sweatshirt.
8. "Pilot Jones" – mais t’es devenu soldat, pilote de chasse mon Jones         
9. "Crack Rock"  - et tu t’es crashé sur une montagne d’Afghanistan
10. "Pyramids"  - ou une pyramide je sais plus.
11. "Lost"  - j’étais perdu
12. "White" (featuring John Mayer) – j’ai voulu devenir blanc, (avec John Mayer)
13. "Monks"  - mais j’ai choisi le seul milieu gay-friendly tolérant, un monastère
14. "Bad Religion"  - les moines ici font des trucs pas très catholiques
15. "Pink Matter" (featuring André 3000) – Ils n’ont que des intérêts roses comme moi, pas comme le cardinal André 23, qui a 3000 trucs à dire contre les homos
16. "Forrest Gump" – Maintenant je cours, Jones, je cours
17. "End" – mais je t'oublie pas