Aller au contenu principal
De la weedocratie en Amérique

De la weedocratie en Amérique

Aux Etats-Unis, 7 nouveaux Etats sont en passe de légaliser le cannabis

Par Quentin M

En 1835, Alexis de Tocqueville publiait le premier tome de son De la démocratie en Amérique, un ouvrage philosophique qui analyse le système politique américain d’alors et expose les possibles dérives liberticides contenues en germe dans l’idéologie égalitariste. Le livre a notamment eu le mérite de fonder le concept de “tyrannie de la majorité”, ou quand la démocratie se mue d’elle-même en régime tyrannique.

En cette fin d’année 2012, un observateur aussi fin, éclairé et… réactionnaire que Tocqueville aurait tôt fait de voir dans la légalisation progressive du cannabis aux Etats-unis, le symptôme d’une même dérive du pouvoir populaire. De quoi parle-t-on ? De la probable légalisation du cannabis à usage récréatif – et pas uniquement médical – dans 7 nouveaux Etats de l’Union (Oregon, Californie, Nevada, Rhode Island, Maine, Alaska et Vermont). Si ces derniers devaient abonder dans le sens d’une telle légalisation, ils rejoindraient le Colorado et le Washington qui ont décidé en novembre dernier d’autoriser la consommation sans pour autant régler tous les problèmes afférents.

Chacun des dits Etats a ses propres raisons de légaliser le cannabis. Petit tour d’horizon des tendances en vigueur dans les futurs “stone states”.

1) Oregon

Posée en 2012 en marge des élections présidentielles, la question de la légalisation récréative du cannabis a reçu une fin de non-recevoir dans cet Etat du nord-ouest américain, le “non” l’ayant emporté avec 54% des voix. On aurait pu en rester là, mais la légalisation concomitante – lors des mêmes élections – du stupéfiant dans le Washington voisin pourrait obliger l’Oregon à réviser ses positions. En effet Portland, la capitale de l’Etat, est située à la lisière du Washington ; elle forme d’ailleurs une vaste conurbation avec la ville de Vancouver (WA). Les risques de trafics entre les 2 villes, et plus largement entre les 2 Etats, appellent sans doute une harmonisation de leurs politiques publiques en la matière.

C’est en tout cas l’avis de Peter Buckley, responsable démocrate à la Chambre des représentants de l’Oregon : « Des dizaines d’années d’expérience nous prouvent que la prohibition ne marche pas et qu’elle est contre-productive ». Sachant qu’un demi-million de personnes est emprisonné à ce jour pour affaire de drogue aux US, on ne contredira pas le bonhomme. Et le pro-cannabis de prédire : « We’re going to get there on legalization ».

 

2) Californie

En 1996, l’Etat californien était apparu comme un précurseur en autorisant l’usage médical du cannabis. Cette pratique thérapeutique a d’ailleurs fait des émules : 21 Etats l’ont adopté depuis. En même temps, la consommation récréative du chanvre demeure formellement proscrite – même si en pratique, il est très facile pour un Californien de s’en faire prescrire  par son médecin et que le produit est d’ores et déjà dépénalisé. Cet acte législatif salvateur (la dépenalisation) aurait entrainé une baisse drastique de la criminalité des mineurs. A l’horizon 2016, la démographie californienne et la mobilisation des jeunes électeurs devraient permettre d’envisager une légalisation totale.

 

3) Nevada

Jeux, prostitution, autorisation spéciale de fumer dans les casinos… Le Nevada a l’habitude de tolérer les pratiques que d’autres condamnent. Mais concernant le cannabis, il a encore un train de retard – depuis que ses électeurs ont débouté une loi visant à le rendre légal en 2006. Cet ajournement ne devrait pourtant pas durer selon le conseiller municipal de Las Vegas, Tick Segerblom : « Penser que nous ne l’aurons jamais est irréaliste, la question est de savoir quand et comment nous l’aurons ».

 

4) Rhode Island

Dans ce minuscule Etat de la côte est, le pragmatisme économique l’emporte sur toute autre espèce de considération en matière de légalisation. Le pouvoir politique espère en effet tirer des subsides conséquents de l’émergence d’un marché de la marijuana. Quelque 30 millions de dollars pourraient ainsi atterrir dans les caisses de l’Etat, sans compter les économies d’incarcération. A ce compte-là, l’Etat pourrait bien passer outre l’opinion – bonne ou mauvaise – de ses électeurs et préférer au traditionnel referendum populaire un vote en interne. Là encore, l’échec manifeste de la prohibition est avancé pour conforter cette stratégie de renflouement économique.

 

5) Maine

Moins ambitieux que Rhode Island, le Maine espère quand même tirer 8 millions de dollars par an de la légalisation et de la régulation du trafic de la marijuana. La dépénalisation de l’usage récréatif du stupéfiant, en 2009, annonçait en quelque sorte cette évolution sociale et législatvie ; la voilà plus actuelle que jamais.

 

6) Alaska

Notre tour des Etats en passe de légaliser le cannabis se poursuit dans le Grand Nord. Le climat a beau y être peu propice à la culture du chanvre, les consommateurs de marijuana sont dans leur bon droit depuis 1975. Au “pothead’s paradise”, comme on surnomme l’Etat polaire outre-Atlantique, on peut détenir jusqu’à 30 grammes d’herbe et cultiver jusqu’à 24 pieds pour sa consommation personnelle. Un état d’exception – fruit d’une décision de la Cour suprême de l’Etat – que d’aucuns ont tenté d’abroger en 2004, après qu’une loi visant à légaliser pleinement la possession de marijuana a été rejetée par les électeurs. Interdite en 2006, la weed est redevenue légale au cours de la même année. La décision de justice ayant permis cette prouesse législative entendait ainsi faire respecter l’exceptionnalité constitutionnelle du territoire septentrional.

 

7) Vermont

L’année dernière, cet Etat du nord-est a mis en place un réseau de dispensaires contrôlés par les autorités où les malades peuvent se procurer de la marijuana (à usage médical strictement). Peter Shumlin, le gouverneur démocrate réélu en 2012 a plaidé tout au long de sa campagne en faveur d’une extension de la loi. Là-bas non plus, la légalisation totale ne devrait pas trop se faire attendre.