Aller au contenu principal
Des leaders de la robotique veulent interdire les robots tueurs

Des leaders de la robotique veulent interdire les robots tueurs

À quand une interdiction de Donald Trump ?

Par Clémentine Spiler

Cent seize des plus grands leaders de la recherche en robotique et intelligence artificielle, en tête desquels Elon Musk, de Tesla, mais aussi Mustafa Suleyuman, de Google, appellent l’ONU à interdire les armes létales autonomes. Des « robots tueurs », comme les qualifie le Guardian, qui n’auront plus besoin d’intervention humaine directe lors d’interventions militaires. Selon les experts, ces nouveaux équipements pourraient être rapidement opérationnels. 

Une imminence qui inquiète les leaders d’entreprises de robotique dans le monde entier « il nous semble être de notre responsabilité de sonner cette alarme », écrivent-ils. Les 116 signataires de cette lettre ouverte déplorent le peu de moyens alloués pour l’instant à la conversation que doit initier l’ONU.

"Troisième révolution"

Comme le note le Guardian, un groupe d’experts gouvernementaux a récemment été nommé pour enquêter sur le sujet. Mais la première réunion de ce groupe qui devait se tenir ce 21 août a été annulée, faute de moyens alloués à cette cause par les pays membres. 

Ça ne fait pas du tout rigoler Elon Musk et ses amis qui considèrent cette évolution technologique comme une potentielle « troisième révolution des tactiques de guerre », similaire à l’invention de la poudre à canon et des armes nucléaires. Sur le long terme, le risque d’apocalypse est à peu près équivalent à celui d’avoir mis le doigt de Donald Trump sur le bouton nucléaire. 

La lettre ouverte aux 116 signatures mentionne que « une fois développées, ces armes létales autonomes permettront des conflits armés à une échelle géographique plus grande que jamais, et à une échelle temporelle bien trop rapide pour la compréhension humaine. Cet attirail peut devenir celui de la terreur, utilisé par des despotes et des terroristes contre des populations innocentes. Il pourrait aussi être hacké et détourné de son objectif (…) Nous avons peu de temps pour agir. Une fois que la boîte de pandore est ouverte, il sera très difficile de la refermer. »

Visuel © Doctor Who