Aller au contenu principal
La techno underground new-yorkaise à Ivry

La techno underground new-yorkaise à Ivry

C’est samedi, dans une friche encore tenue secrète.

Par Christophe Payet

Le collectif Sport national s’associe aux Stéphanois de Positive Education, pour organiser une rave, samedi à Ivry-sur-Seine, sous le doux nom d’ “Éducation nationale”. Les deux collectifs investissent une ancienne rhumerie de 1500 m2. La teuf s’y installera de samedi 22 heures à dimanche midi. L’adresse sera révélée au dernier moment.

Au programme, la fine fleur de la scène techno underground new-yorkaise, avec Nick Klein (Live), Enrique (Live), Cienfuegos (Live), qui gravitent tous autour de L.I.E.S. records, label basé à Brooklyn. D’après Pitchfork, “l’émergence de L.I.E.S. est un des développements les plus encourageants et significatifs dans la musique électronique underground américaine depuis des années”.

On y retrouvera aussi Opaque, Schlagga, ainsi que des noms habitués des scènes parisiennes, comme SpunOff, résident de Champ Libre, un des hauts lieux de la techno underground en région parisienne.

Rave, musique expé et art numérique

Nous suivons de près les activités de ce très dynamique collectif Sport national, qui entend promouvoir les musiques électroniques “divergentes” (ambient, noise, abstract, indus…) et explore la techno expérimentale. Pour ses quatre jeunes fondateurs, l’actuel regain d’intérêt pour la house et la techno laisse de côté ces genres à la production pourtant foisonnante.

Leur objectif est d’associer musique expérimentale, esprit rave et art numérique. Samedi à Ivry, une salle sera consacrée à la projection de vidéos, dont une oeuvre entièrement générée par un bot. “On ne va pas encore aussi loin qu’on le voudrait dans les installations numérique par manque de moyens. Mais les projets et artistes ne manquent pas, on a besoin de subventions pour faire plus”, explique Arnaud de Sport national.

Nous avions rencontré le crew à l’occasion d’une rave organisée dans une ancienne imprimerie à Asnières en décembre. Ils avaient alors donné une carte blanche au label Éditions Gravats de Low Jack.

Depuis cet événement, Sport national n’a pas chômé, puisqu’ils ont organisé cinq événements en deux mois. “On voulait tester des formats et développer le live expérimental, et l’électro-acoustique”. Des live sessions donc, notamment au Wonder. Avec cet événement “Éducation nationale” de samedi, le collectif revient à une programmation moins expérimentale, pour rappeler qu'ils sont issus de la scène rave, et pour ne jamais se couper de ce public.

La prochaine étape pour le collectif, c’est l’organisation d’un festival d’ici un ou deux ans, “pour rassembler toutes les scènes locales européennes”, ainsi que la sortie de leur premier vinyle en tant que label, un manifeste rassemblera huit artistes.

Visuel : (c) DR