Aller au contenu principal
Bandes dessinées sonores

Bandes dessinées sonores

Commentée, augmentée, sonorisée, la BD se renouvelle

Par Camille Diao

11h sur Nova : l’heure des mutations culturelles et autres syndromes du futur.

 

Et mercredi matin, on vous parlait des bandes dessinées sonores, nouveaux objets créatifs hybrides qui rassemblent dessin et son sans pour autant s’apparenter à un dessin animé. Hé oui, à l’heure du numérique, des e-books et donc des e-BD, les comics eux aussi ont droit à leur dose de contenu interactif et d’enrichissement multimédia...

L’idée n’est pas toute neuve, les formes sont multiples et le nom n’a pas encore été trouvé, mais on commence à flairer une nouvelle tendance. Exemples.

 

C’est le dessinateur de BD Kara qui a ouvert le bal en France: un beau jour de 2010, il cherche un moyen d’intégrer à sa BD des informations complémentaires dont pourrait avoir besoin le lecteur, à la manière des bonus d’un DVD. Qu’à cela ne tienne : le volume 2 de sa série Le Bleu du Ciel, intitulé Les Ombres de Jérusalem, sortira en version électronique assorti de commentaires audio. Certaines vignettes sont signalées par un petit signe ► ; il suffit alors de cliquer pour entendre les commentaires de l’auteur. Une sorte de BD augmentée, mais seulement à la demande.

A peu près en même temps, Nicolas Keramidas publie son ouvrage 1 an, 365 dessins en deux versions. La version papier se « contente » de rassembler les 365 dessins en question dans un joli album-carnet. La version numérique y ressemble, à ceci près qu’elle associe à chaque page une ambiance sonore particulière. Il s’agit en fait d’une véritable application pensée pour l’Iphone et toujours disponible sur l’Itunes Store. Le lecteur peut tourner les pages du bout du doigt – avec effets sonores réalistes s’il vous plaît, et découvrir une année de dessins tout en musiques et bruitages. Une expérience immersive qui a donné lieu à d’autres essais, comme une biographie dessinée et sonorisée de Michael Jackson.

C’est ensuite au tour de J-C Derrier et Hugues Labiano de tenter l’expérience : ils filment leur BD Cas de conscience vignette par vignette et la sonorisent au fur et à mesure. De quoi laisser tomber les pan-pan, bim et autres vroum qui ont fait le bonheur de nos jeux d’enfants – plus besoin d’onomatopées, on peut à présent intégrer à la BD le vrai bruit des coups de feu.

Dernier exemple en date : le « reportage sonore illustré » d’Elodie Font et Yasmine Tashk, publié la semaine dernière sur le site Streetpress. Il s’agit en fait d’un reportage enregistré comme pour la radio puis mis en images a posteriori, façon bande dessinée.

Les deux auteures sont allés se promener à Chatelet un samedi après-midi et nous en ont ramené une petite leçon de street drague recueillie auprès des jeunes qui y passent leurs journées. Les interviews sont très marrantes, mais au-delà, la mise en image des propos permet de leur donner une nouvelle dimension, le dessin agissant comme un commentaire silencieux.

Ainsi, vous comprendrez mieux la différence entre une femme et une fille, ou la comparaison entre garçons et piranhas. C’est rigolo et c’est bien fait, voici le résultat.

 

BD commentée, BD augmentée, BD sonorisée : BD renouvellée !