Aller au contenu principal

The Creative Footprint : un projet pour sauver les clubs

En notant les villes selon la qualité de leur environnement culturel.

Par Morane Aubert

"En Septembre 2016, la scène musicale mondiale est galvanisée par l’annonce de la fermeture de l’institution du clubbing londonien, la Fabric". Sur son site internet, le projet The Creative Footprint se définit d’emblée comme un outil pour la conservation du droit à la fête. "Alors que ce geste était considéré comme une attaque injuste à l’encontre de la culture de la nuit, beaucoup se demandaient dans la capitale si ce n’était pas la fin d’une scène qui avait déjà perdu 50% de ses clubs en une décennie."

The Creative Footprint veut sauver l'avenir de la vie nocturne, des clubs notamment, de manière plutôt éclairée, puisqu’il s’agit de faire comprendre à la population et aux autorités l’importance de ces lieux dans une ville. Il s’agit d’une plateforme où sont rassemblées des données, où des histoires sont partagées, afin de réveiller les consciences quant à la valeur essentielle des lieux propices à la créativité. 

Chaque ville est notée sur dix, chercheurs à l’appui, afin de donner une valeur chiffrée à son écosystème culturel. Pour Berlin par exemple (8.02 sur 10, quand meme), 527 espaces dédiés à la musique ont été recensés. Chacun d’entre eux a été analysé à partir de 15 critères. Parmi eux, la taille, la réputation des lieux de fête. Mais aussi le nombre de clubs par habitants, les licences, la popularité des artistes bookés… Ces informations sont ensuite recoupées avec une étude qualitative sous forme d’entretiens. Le tout mené par l’Université d’Harvard et par l’organisation Musicboard Berlin.

L’idée étant de créer un index global, une référence. "Nous prévoyons d’étendre le projet à 10 grandes villes mondiales pour commencer, et de construire une ressource riche et diversifiée d’informations, de méthodologie et de pratiques, qui permettra de donner plus de pouvoirs aux artistes, aux citoyers, aux activistes, et aux politiciens. D’avoir une véritable représentation, en substance, des bases de la vie culturelle dans leur ville."

Visuel : © Wikipédia / Nicor