Aller au contenu principal
Art-Narchy ? de Jamie Reid à DEVO...

Art-Narchy ? de Jamie Reid à DEVO...

Le mouvement punk, ou savoir intégrer les codes pour mieux les utiliser

Par Jean Rouzaud

Tout mouvement culturel véritable envahit notre environnement par tous les moyens : photos, musique, journaux, mode, magazines, déco, etc ..

Même le Jazz fonctionnait avec des bars, des speakeasy chauds et enfumés, des mecs en costard sombre, des filles habillées « arty » ou carrément cocktail et des magazines, affiches et pochettes de disques.

Inspiré de l’art abstrait, géométrique aux couleurs franches, le jazz lança la mode urbaine, les bars, les caves, les existentialistes, le spleen, la dope et l’underground cool attitude.

Vingt ans plus tard, le mouvement punk vient balayer près de dix années d’underground, de hippies, de Folk, de Psychédélisme retro ou indianisant, de couleurs et de volutes cachemire …

Mais le punk est diversifié, débordant d’individualités marquées et d’influences opposées : le noir, le cuir, le SM et autres épingles à nourrices ne sont que la partie immergée d’un iceberg assez monstrueux, qui tient compte de pas mal d’images précédentes et traine toutes sortes d’obsessions et de musiciens sortis d’école d’art !!!

Dans sa boutique, Vivienne Westwood était Rockabilly (comme Mac Laren), obsédée par les Teddy Boys et les Creepers …

Jamie Reid, le premier et grand artiste PUNK, qui a créé les affiches Pistols et les T-shirts SEX ou Seditionaries ( les noms successifs du magasin Westwood), et autres pochettes (Queen Elisabeth avec épingle à nourrice etc ..) n’est autre qu’un hippie avec tresses et cheveux filasses, toujours habillé en routard baggy, et encore aujourd’hui, des dreadlocks entourent son visage buriné de vieil indien !!…

Donc, ne pas se fier aux apparences, et même si beaucoup de punks voulaient balayer les hippies, il y eut pas mal d’interconnections entre les deux mouvements opposés en apparence - notamment en Angleterre où Punks et Rastas firent très bon ménage.

Au nombre des bagages Punks, il y avait encore du style POP, des couleurs fluos, des tatouages et des piercings, des mèches de couleurs (sur des pelades rasées), des Doc Martens (skin), des accessoires de quincaillerie High-tech ou centre commercial... Au niveau art, pas mal d’idées venant de la peinture expressionniste allemande, mais aussi du suprématisme russe, et enfin du minimalisme européen en général...

 

OUF ! Voilà donc le cocktail Punk…

Le froid, le nul, le banal, le brouillon, le trash, l’ennui et l’absence de futur comme horizon. 

Mais attention : sous l’apparent désordre, de belles maquettes, des compositions, des typographies, choisies et agencées, grouillant ou glacé, droit ou tordu, flashy ou dark. Rien n'est laissé au hasard.

Avec des lettres découpées dans les quotidiens, comme sur les lettres anonymes, et tout ce qu’on peut déchirer d’images ou de signes absurdes dans les magazines ou sur les affiches dans la rue, provocants ou rigolos .

Même les catalogues de vente sont utilisés par les artistes punks pour en extraire des bouts : talons aiguille, fer à repasser, chaines, photos pornos, signes militaires, écussons, ruines, couteaux ou pistolets, fouets et clous, femmes nues, images de guerre ou du quotidien..  

Car beaucoup d’artistes punks - y compris les musiciens - sortent d’école d’art ou de graphisme. Ils savent parfaitement fabriquer des images, ou au moins des collages. Leur musique est souvent venue APRES ! 

Pour finir, ils ont aussi multiplié les magazines, les photos, même de la mode expérimentale : vêtements couverts de « dripping » à la Jackson Pollock, lettres au pochoir comme les lettristes, slogans sur T-shirts et autres chaussures ou impers barbouillés de giclées de peinture. 

Un mot d'ordre : "DO IT !"

Le maitre mot de l’art Punk est DETOURNEMENT ; tout utiliser, tout récupérer, avec un mot d’ordre : "DO IT", lui aussi piqué aux premiers hippies et autres hipsters.

Quant à cette génération de 1977, saturée d’images, elle a su utiliser toutes ses références (magazines, ciné, art, pop, mode et peinture) afin d'en faire quelque chose d’autre .

 

Images : the art of PUNK . HUGO image de Russ Bestley et Alex Hogg.

( une collection d’affiches, flyers et pochettes Punk)

voir aussi : toutes les pochettes de 45T punk dans Blitzkrieg par Géant Vert (ed Hoebeke)