Aller au contenu principal

UK : on peut désormais tester gratuitement la qualité des drogues

Une vraie avancée.

Par Morane Aubert

Preston devrait être la première ville de Grande-Bretagne à lancer ce service public. Il sera ouvert le vendredi et le samedi, gratuit, anonyme et permettra aux clubbers de tester la pureté de leurs drogues dans des cabines, avant de décider s’ils souhaitent ou non la consommer. 

Un projet lancé par The Loop, une organisation de prévention auprès des jeunes quant à l'usage récréatif de drogues, avec le soutien de la police locale, qui veut avant tout "réduire les risques" liés à la prise de stupéfiants, comme le rapporte le Sunday Times. Les volontaires pourront donc tester leurs substances, MDMA et la cocaïne par exemple, grâce à une technologie laser.

Pour rendre le service légal - car la consommation de drogues, évidemment, ne l'est toujours pas au Royaume-Uni - les échantillons seront systématiquement détruits après avoir été testés, comme le rapporte le Sunday Times

Une initiative qui intervient alors que le nombre de décès causés par la consommation de drogues n’a jamais été aussi élevé, depuis la mise en place de registres en 1993, selon The Independent. Il aurait même triplé en l’espace de 20 ans.

Le fléau overdose

Le parallèle entre les cabines de Preston et la première salle de shoot qui ouvrait ses portes à Paris mi-octobre est inévitable. Une voie commence peut-être à s’ouvrir sur une prévention renforcée, plutôt que sur une répression systématique. 

À Preston, les autorités locales semblent en tout cas aller dans ce sens. Tandis que d’autres restent démunis face au phénomène. On vous racontait d’ailleurs cette disposition incroyable prise par le maire de Buenos Aires début novembre, interdisant tout concert de groupes utilisant des "synthétiseurs et des simples en tant qu’instruments principaux". Cela faisant suite à la mort par overdose de cinq personnes en avril dernier lors du festival Time Warp qui se déroulait dans la capitale argentine. 

 

Evolution du nombre de décès par surdose depuis 1985.

Mi-novembre, le club lyonnais Le Sucre était évacué suite à l’overdose de quatre clients. Ces-derniers s’en sont sortis. Mais en France, 349 personnes décédaient d’une surdose de drogue en 2013, selon le dernier rapport de l’Observatoire français des drogues et toxicomanies

 Visuel : (c) Flickr/Derek Gavey