Aller au contenu principal
45 ans après sa mort, une mixtape se rappelle de Jim Morrison

45 ans après sa mort, une mixtape se rappelle de Jim Morrison

Pour les fans des Doors, et ceux qui ne le sont pas encore.

Par Bastien Stisi

Ce dimanche 3 juillet, à Paris, deux zones surchargées (de gens et d'émotions). La Plaine Saint-Denis bien sûr, où l'Équipe de France affrontait dans le plus grand stade de son territoire la très courageuse (mais limitée) équipe d'Islande, et en profitait pour l'éliminer sereinement de son Euro à elle. Et puis le cimetière du Père-Lachaise, dans le XXe, où, autre ambiance, des centaines de mélomanes viennent chaque année à la même date en pèlerinage afin de saluer la mémoire de Jim Morrison, le chanteur, poète, performer et auto-destructeur des Doors, retrouvé mort dans sa baignoire dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971, il y a donc 45 ans. Suicide par overdose préméditée, crise cardiaque, assassinat décidé en haut lieu, comme Guevara et Monroe (la thèse favorite des conspirationnistes) : les plus romantiques aiment dire que le mystère reste épais.

45 ans donc, et 65 minutes pour faire le point sur la carrière (immense) du grand Jimmy, au sein d'une mixtape qui propose, outre les grands standards du groupe (de « Riders On The Storm » à « People Are Strange » des passages, nombreux, issus d'An American Prayer, ce disque paru à titre posthume et compilant des poèmes récités par le chanteur et mis en musique par les trois membres survivants (en 78) du groupe (Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore). Que les anciens se souviennent et que les gamins apprennent.