Aller au contenu principal

De Kingston au Bronx, du Dub au Hip Hop

Deux compilations bâtissent les ponts entre ces deux genres.

Par Jean Rouzaud

Vers la fin des années 70, les jamaïcains de Kingston avaient déjà traversé bien des périodes musicales avec succès.

Ils étaient passé du Mento /Calypso au Ska, puis au Rock Steady, puis ce fut la vague Reggae/ Roots / Rastafari…

Avec l’électronique, ils faisaient déjà des prouesses de Mix, tandis que les DJ’s toastaient et scandaient toutes sortes d’expressions plus ou moins underground, sur des beats lourds, des réglages nouveaux, extrêmes, grâce aux boîtes à Rythmes et Dub plates.

Soudain une forme accidentelle et inattendue pris forme : le DUB. Enregistrement ouvert, plein d’échos et de « Delay », couches de sons superposées, un fond instrumental avec de grosses lignes de basses et quelques onomatopées qui faisaient la gloire des MC. 

Mais le DUB devint un genre à part entière, grace au Sampling  / Sequencing , permettant de récupérer, doubler, superposer, étirer ou augmenter n’importe quelle piste de son !  Merci LEE PERRY. 

Cette méthode fait encore le tour de la planète sous forme de Mix, plus ou moins inventif… ou Copié !

Vers 1978, l’Amérique avait enfin reçu le message carribéen ( grâce aux jamaicains de NY comme DJ KOOL HERC, qui organisait des blocs parties), façon de faire surnommé SMURF puis HIP HOP, le fait de clamer des expressions sur des bandes son de DJ. Et ce fut la version sautillante, avec Break Dance , survêts et blousons de cuir colorés qui envahit les ghettos de toutes les villes américaines.

Bandes et Blaster Master, les « Crew » stylés, puis les Grand Master/ MC pour regrouper les bandes de jeunes en pleine mutation. Une seule origine, mais décalage dans le temps et manières différentes d’utiliser les boites à rythmes et d’autres influences, comme le DISCO !

Soul Jazz Records continue d’explorer ces périodes riches avec 2 compilations : l’une propose le DUB concocté au STUDIO ONE de Sir Coxsone Dodd, qui contribua à tous ces styles .

L’autre Compilation intitulé BOOMBOX ( double CD) balaie large les premiers HIP HOP, Electro et Disco-Rap New Yorkais, + un Booklet couleur de 44 pages avec historique, labels et photos. 

Les 18 tracks de "Studio one Dub Fire spécial", sombres et lancinants s’opposent aux 17 morceaux de Hip Hop, sautillants et frais comme le fut cette première école, très jeune, devenue Old School depuis.

Les deux faces d’une même médaille fondue dans les Sound Systems et Dance Halls . A-t-on assez dit ce que Rap et DJ doivent aux jamaïcains ? 

 

_ Studio One Dub Fire Special. 18 tracks. Soul Jazz Record.

(avec de grosses pointures : Jackie Mitoo, Cedric Brooks, Leroy Sibbles.

 

_ Boombox. Early Independant Hip Hop, Electro et Disco Rap.

 1979 -82. ( 2CD . 17 tracks + Booklet complet)  Soul Jazz Record