Aller au contenu principal

Du paintball dans l'espace

Une méthode originale pour sauver l'humanité

Par Camille Diao

De Michaël Bay à Lars Von Trier, les cinéastes ont tous imaginé ce jour où un astéroïde, une comète, ou n’importe quel gros objet venu de l’espace entrera en collision avec la Terre.

Parfois, ça se passe mal, comme dans la magistrale scène finale de Melancholia. D’autres fois, comme dans Armaggedon, Bruce Willis est là pour sauver la planète en détruisant l’objet spatial menaçant à coup de bombes nucléaires.

Malheureusement pour l'humanité, les super-héros sauveurs de l’humanité incarnés par Bruce Willis n’existent pas vraiment, et les Mayas ont prédit la fin du monde pour dans un mois et cinq jours exactement : il était donc temps pour les scientifiques de se pencher sur le sujet.

Faire exploser l’astéroïde en route, dévier sa trajectoire ? Des méthodes carrément ringardes.

Thomas Schlesser vous rapportait ce matin dans le Grand Mix une idée un peu plus originale, trouvée sur le blog Globule et Téléscope de Slate.fr. Selon Sung Wook Pak, étudiant coréen en astrophysique au MIT, on pourrait éviter la collision d’un astéroïde avec la terre… en le repeignant en blanc.

Pour faire court et simple, cela modifierait l’albédo de l’astéroïde – un joli mot pour désigner la quantité d’énergie solaire qu’un objet réfléchit. Un albédo deux fois plus important permettrait en une vingtaine d’années de dévier sa trajectoire (une histoire de pression des photons sur la surface de l’objet incriminé).

Explications en vidéo :

Un peu tard pour le 21 décembre 2012 me direz-vous… Mais si jamais la fin du monde n’avait pas lieu, cette méthode pourrait être utilisée pour se protéger d’Apophis, astéroïde géocroiseur qui risque de passer tout près de notre chère planète en 2036. Il suffirait alors de 5 tonnes de peinture envoyées en deux vagues à partir d’un vaisseau spatial pour recouvrir les deux faces de l’objet incriminé.

Des internautes pointilleux ont souligné dans les commentaires que l’idée n’était pas tout à fait nouvelle : il s’agirait d’une application du fameux effet Yarkosky ; les frères Bogdanov en parlaient déjà en 2006 (gage de sérieux) ; la peinture s’évaporerait une fois dans l’espace.

Bref, on soupçonne surtout Sung Wook Paek et les frères Bogdanov de comploter ensemble pour l’organisation d’une partie de paintball géante à l’échelle du cosmos. Bravo la science, très sérieux.