Aller au contenu principal
Rone, Berlin, et un chien épris de liberté

Rone, Berlin, et un chien épris de liberté

Pour illustrer « Vood(oo) », un clip canin.

Par Bastien Stisi

Après avoir déjà grossi encore un peu sa discographie en livrant ces dernières semaines deux nouveaux instants d'electronica sensible, tonique et scintillante (« Dolls » et « Etc »), le DJ et producteur berlino-parisien Rone continue la présentation de le son nouvel EP, le dénommé Vood(oo), qui paraît un an après la sortie de Creatures, son 3e album studio. Le tout est toujours signé chez InFiné, bien sûr.

 

Et c'est un clip, cette fois, qui est là pour illustrer le son, celui du morceau éponyme du disque (« Vood(oo) » donc), une version allongée de « (oo) », ce son qui introduit Creatures et qui est joué en live depuis un moment. Le clip en question, escapade canine d'un être à poils épris d'émancipation (et dont l'ascendance rappelle celle menée en live, par les sens de ceux qui y assistent), il est l'oeuvre du vidéaste Ilan Cohen, collaborateur ponctuel de Rone (il était déjà l'auteur de la vidéo d' « Acid Reflux ») qui nous explique, justement, les ambitions qui sont les siennes ici :

« Le travail sur l'empathie et l'immersion est au coeur de mon intérêt cinématographique. Je voulais raconter une histoire qui puisse épouser l'intensité narrative de ce morceau, tout en conservant un décalage propre à l'univers de Rone. Je vis actuellement à Berlin, une ville éminément canine. Si utiliser ce sans-abri comme archétype pour illustrer une vie de chien malheureuse fonctionnait comme raccourci narratif pour situer rapidemment le spectateur, il était essentiel que l'ancienne maîtresse qu'on découvre à la fin soit également une punk à chien, car il n'est bien sûr pas question de porter un jugement de valeur sur un mode de vie : c'est une histoire d'amour et de fidélité. »