Aller au contenu principal

A l'intention des jeunes filles qui se font refaire le con

Tout un poème

Par Marie Missou

La semaine dernière, nous apprenions sur Slate cette nouvelle farfelue : "De 2014 à 2015, le nombre d’Américaines de moins de 19 ans qui ont fait de la chirurgie esthétique vaginale a presque doublé, selon la société américaine de chirurgie esthétique."

Ceci est donc un poème à l'intention des jeunes filles qui se font refaire le con : 

 

Quelle idée saugrenue de livrer à vingt ans

sa fleur à peine éclose au scalpel charlatan 

Que faut-il donc vous dire ? comment faut-il l'écrire ?

que votre chatte est belle, qu'il vous faut la chérir

 

Éloignez-moi ces lèvres d'un destin trop tranchant

laissez vos chairs flétrir tant qu'il est encore temps

et si l'ensemble nu, vous paraît trop grossier

c'est une dizaine de poils qu'il vous faut replanter

 

Quel chemin obscur suit donc votre raison,

qui vous dit : "désolée, ce con est un brouillon

Il te faut derechef un con que l'on admire 

et sur le con des autres, toujours renchérir "

 

Aimez votre minou, aimez sans condition 

Ne bridez pas surtout, ses élans, ses passions

Car on ne sait jamais, il pourrait se bloquer 

drapé dans ses muqueuses, ne jamais pardonner

 

Les réduire, les tronquer, c'est un mauvais calcul

et pour se venger, ils n'ont aucun scrupule

et l'embarras du choix, mycoses et coup d'grisou

Les cons ça osent tout, c'est bien connu chez nous