Aller au contenu principal
Nico, inusable icône

Nico, inusable icône

La déesse solitaire de l’Underground.

Par Jean Rouzaud

Dans une biographie détaillée et analytique, Serge Féray nous raconte les scintillements et les ombres de Christa Päffgen, la future NICO, enfant de la guerre, Top model en Allemagne, future Star de l’Underground…

 Son aura , son physique de Valkyrie va d’abord attirer l’œil en Europe. Federico Fellini lui demande de jouer dans sa Dolce Vita, Paris lui offre un autre film et un essai de disque, Gainsbourg la croise…C’est Nico Papatakis* qui la baptise de son prénom, Brian Jones (Stones) et Andrew Loog Oldham la produisent sur vinyle. 

L’Amérique va la révéler, Bob Dylan va l’inspirer, Jim Morrisson l’aimer, puis Iggy Pop et les Stooges l’auront pour groupie…( on raconte qu’elle tricotait pendant les sessions de « Raw Power»). Andy Warhol en fait la star de la Factory, puis la chanteuse du Velvet Underground.  Un Tourbillon ascensionnel !

Malgré ces succès répétés, déjà son originalité, son indépendance et ses exigences la conduisent ailleurs. 

Lassé de l’Amérique et du Rock, elle ne gardera que JOHN CALE , le gallois du Velvet, Féru comme elle de musique savante, orientale et médiévale ! Il va contribuer à faire d’elle l’auteur et interprète d’une œuvre musicale à part. 

 

Elle était partout à la fois, et ou il fallait être dans la Jet Set  Pop des sixties et chaque fois les stars flashaient sur elle. ( Elle aura un enfant de Alain Delon, Ari, qu’il ne reconnaitra pas).  

A l’aube des années 70 elle a 30 ans, et elle engendre déjà un culte. Philippe Garrel, -comme Warhol avec «Chelsea Girls » ou «Imitation of Christ »-, ne va cesser de la filmer. Des heures de pellicule ou elle ne joue qu’elle-même. 

Avec Garrel , « la Cicatrice Intérieure », « le Berceau de Cristal » sont des odes à sa présence, filmés dans des déserts ou des bouts du monde, véritable trips d’acide esthétisants, accompagnés par sa voix grave de Diva germanique… 

Pierre Clémenti, Jonas Mekas aussi la filmeront, fascinés.

 

Toutes ses chansons deviennent des classiques : «  All Tomorrow’s Parties », I’ll be your Mirror », « Sunday Morning », « Waiting for the Man », « Femme Fatale »… Même Lou Reed n’avait pas prévu un tel succès..

Elle se produit aussi régulièrement, s’accompagnant d’un orgue indien à pédale, des poèmes lancinants : elle imagine des fusions de tous les mythes.  Egyptiens ( Isis et Osiris), Allemands ( Nibelungen) , anglais avec Byron ou Shelley, elle s’invente un personnage, une histoire, entre la Pythie ( grecque) magicienne et clairvoyante, et les fées britanniques (Morgane). Sa vie va devenir une quête du Graal , comme dans les romans de chevalerie de Chrétien de Troyes.

Pourtant elle vit en bohémienne, toujours pauvre malgré ses admirateurs.  A l’époque l’héroine est partout :  dans le Rock, le Punk, et Nico a plongé dedans. Battante, elle continue, aussi pour payer le dealer.

Elle devrait être «Has been »  au cours des années 80, mais elle fait encore 1200 dates de concerts ! En Europe, à New York et dans le monde ( Australie, nouvelle Zélande). En Europe de l’est on l’attend depuis 20 ans !

Sa vie (entre Manchester, Paris et Ibiza), devient une errance. Partout elle est reçue comme une ICONE. Même déchue, elle reste fascinante, les Punks sont émus, puis les Gothiques l’adulent. La bande de la Factory la font passer à l’HACIENDA.

Elle aura partagé toutes les musiques : Pré PUNK,  Rock Allemand, Classique, Indien, Jazz, cabaret,  NOISE et WORLD, les musiciens les plus aventureux se sont joints à elle : Lou Reed et John Cale, Kevin Ayers, Doors, Throbbing Gristle,  Luz Ulbricht, Philippe Quilichini, Marc Almond, Bauhaus, The Faction, Mad Sheer Khan…

La liste est interminable des ses disques, vidéos, hommages, apparitions, pirates et autres bootlegs louches ou volés. Elle reste la représentante la plus extrême de l’underground solaire des années 60. Véritable charnière idéologique et poétique. 

Ecoutez sa musique, Rock ou planante, avec elle le monde bascule . 

 

 

NICO . Femme Fatale. de Serge Féray. Ed Le Mot et e Reste. 300 pages . 23 Euros.

 

*Nikos Papatakis : personnage à redécouvrir ! Grec né en Ethiopie, il se battra contre les italiens ! à Paris il dirige le cabaret « La Rose Rouge ». auteur-réalisateur de plusieurs films engagés et underground. »Les abysses »,« Les pâtres du désordre », un merveilleux film sur la désobéissance, au fond de la Grèce profonde.