Aller au contenu principal
Le guide Nova de Mogadiscio

Le guide Nova de Mogadiscio

Le meilleur de la nouvelle internationale en Somalie !

Par Elodie Font & Camille Diao

C'est une destination moins gaie que d'autres, mais passionnante : la Somalie et sa capitale, Mogadiscio. Une ville qui est aujourd'hui en reconstruction permanente, avec la guerre qui, petit à petit, s'éloigne - même s'il s'avère toujours compliqué de parler de "paix". Alors à quoi ressemble la Somalie aujourd'hui ? 

Qui gouverne quoi ?

Pour bien comprendre la Somalie aujourd'hui, arrêtons-nous d'abord sur son fonctionnement, très éloigné de tout ce que nous connaissons. Depuis 1991, l'Etat somalien ne fonctionne plus correctement : tous les attributs régaliens qui font un Etat (monnaie, police, justice, etc.) se sont effondrés. Même la Poste a arrêté de fonctionner entre 1991 et 2013Tout repose donc sur les six clans principaux du pays, qui détiennent le principal du pouvoir. Bien plus en tout cas que le gouvernement, qui est peu légitime, même si reconnu par les autorités internationales.

A côté de ces clans, qui pratiquent surtout la loi coutumière, les shebabs et les pirates. Jean-Bernard Véron, rédacteur en chef de la revue Afrique contemporaine, nous a raconté, entre autres, la naissance des shebab, devenus terroristes en 2006 en partie à cause... des occidentaux. Comme les pirates, nés de la difficulté pour les petits pêcheurs somaliens de vivre de leur travail, les eaux étant pillées en toute illégalité par des bateaux battant pavillon étranger. Comme toujours, tout n'est pas tout noir ou tout blanc...

Une catastrophe humanitaire

Il n'empêche : la Somalie souffre depuis des années d'une guerre civile sanglante, d'une alternance entre le chaos et le redoux. C'est ce que raconte le journaliste Mohamed Abdiwahab, exposé au festival Visa pour l'image en septembre dernier.

7% des Somaliens vivent dans le dénuement le plus total ; plus d'un million d'entre eux ont été obligés de se déplacer à l'intérieur du pays ou à l'extérieur (à la frontière, le camp de réfugiés somalien de Dadaab est devenu la 3ème ville du Kenya). Sans parler des famines récurrentes, de la malnutrition et des difficultés d'accès à l'eau potable. On revenait sur ces questions jeudi matin en compagnie d'Isabelle Roubeix d'Action Contre La Faim

Culture en exil

Et pourtant. Pourtant la culture de la Somalie est particulièrement riche. Sa musique, à découvrir dans la playlist Nova de la Somalie, résulte des très nombreuses influences auxquelles le pays a historiquement été soumis. Sa poésie, très réputée, souvent politique à l'image des écrits du grand Hadraawi.

Sa cuisine aussi, dont on vous parlait mercredi. Naima a fui la guerre il y a 15 ans, elle a sauté dans le premier avion, ne sachant pas vers où elle allait, et elle est arrivée en France. 15 ans plus tard, elle vient nous parler, dans un français parfait, de la nourriture somalienne.

Car les histoires somaliennes sont souvent des histoires d'exil. Margani, lui, raconte la Somalie d'avant la guerre, des boums et des courses sur la plage. Une jolie lettre à retrouver ici.

D'autres reviennent, des années après, maintenant que certains territoires souffrent moins. C'est le cas de la chanteuse Sahra Halgan, née au Somaliland, Etat qui a pris son indépendance en 1991 (indépendance non reconnue par la communauté internationale). Après 23 ans d'exil en France, elle raconte son retour sur place il y a trois ans, et sa volonté d'y créer un centre culturel. 

Elle, elle aimerait bien revenir, exilée depuis son adolescence en Finlande. Elle, c'est Fadumo Dayib, femme forte qui rêve d'un jour prendre la tête de ce pays - mais le combat sera rude, la place des femmes y étant toujours très compliquée. Un chiffre pour le rappeler : 98 % des femmes qui ont entre 15 et 49 ans sont excisées...

Espoirs & ballon rond

Pour autant, les Somaliens ont des raisons d'espérer. Les shebabs, qui contrôlent toujours de larges zones du Sud du pays, ont été chassés de Mogadiscio en 2011. Une constitution provisoire a été créée en 2012, et devrait déboucher sur un texte permanent, peut-être en 2016. La solidarité permet aux communautés, notamment aux femmes, de s'en sortir. Et puis surtout : le foot est enfin revenu à la télé ! Et tant qu'il y a le foot...

 

 

En bonus

> Tous les best-of de la semaine, merci Benoît Thuault

> Comment rire avec un grain de riz en Somalie ?

> Un cours pour apprendre le somali

> Une météo de Thierry feat. le rappeur somalien K'naan 

> Avant de partir, pensez à prendre des Larmes de Somalie. Et à goûter au khat.

> La playlist Nova de la Somalie

 

La semaine prochaine, nous serons à Dublin, en Irlande. Toute suggestion, tout commentaire > @elofont / @camillediao