Aller au contenu principal
Le guide Nova de la Malaisie

Le guide Nova de la Malaisie

Le meilleur de la nouvelle internationale à Kuala Lumpur !

Par Elodie Font

Par curiosité. A la réponse "pourquoi la Malaisie", voilà ce que nous avons répondu toute cette semaine. La Malaisie, pays assez méconnu, vu de France. Si ce n'est peut-être leur passion pour la production de l'huile de palme et leur circuit de formule 1. Nous avions envie d'en savoir davantage. Avec une première question : la Malaisie, euh,  c'est... où ? Regarder une carte est une bonne idée, d'autant que le pays est séparé en deux, avec Kuala Lumpur au nord de Singapour (eh oui, parce que Singapour est une ancienne ville malaise). 

 

Pluie tropicale et glaces au haricot rouge

A peine arrivés, une pluie tropicale, comme tous les jours en Malaisie. Ici, il fait une trentaine de degrés toute l'année, dans un climat chaud et humide. Tout autour de nous, des immeubles en construction : Kuala Lumpur, la capitale économique du pays, est une ville en expansion permanente, où de hauts buildings luxuriants côtoient des quartiers délabrés, aux trottoirs sales (quand il y a des trottoirs, ce qui est rare, Kuala Lumpur est une ville que l'on fréquente en voiture, jamais à pied).

Ce que vous constaterez très vite, aussi, c'est leur passion pour la nourriture. Au lieu de se demander s'ils vont bien, les Malaisiens se demandent s'ils ont bien mangé ! Partout, la version malaisienne des food truck : de petites échoppes, où un seul plat est vendu, pour quelques pièces. En Malaisie, prendre à manger à emporter coûte moins cher que de faire ses propres courses - Raphaëlle, qui habite le pays depuis 9 mois nous racontait dans une lettre qu'en cherchant un appart, elle était tombée sur une annonce interdisant d'utiliser la cuisine "pour cuisiner". Des plats à base de fruits, d'épices, de riz et de lait de coco, comme nous l'a raconté Kit Low mercredi.  

Il y a une blague qui circule en Malaisie : ici tout est censuré, sauf la nourriture ! (D'ailleurs, il y a quelques rats et cafards qui se promènent dans la ville et qui ont l'air de tout autant l'apprécier !) 

 

Malais, Chinois, Indiens

En Malaisie, il y a plusieurs communautés, et notamment trois distinctes : les Malaisiens malais, majoritaires ; les Malaisiens d'origine chinoise (autour de 25 % de la population de Kuala Lumpur) ; les Malaisiens d'origine indienne (10 %). Ce ne sont pas des immigrés, ce sont des Malaisiens d'origine immigrée. Depuis l'indépendance de la Malaisie, en 1957, et jusqu'à récemment, les Malaisiens vivaient avec ces différences, en bonne intelligence. A chaque fête, pour chaque communauté (l'Aid, le Nouvel An chinois...), les voisins s'invitent entre eux, s'offrent des victuailles.

Sauf que ces 20 dernières années, les tensions montent un peu plus. Notamment parce que le gouvernement veut privilégier les Malais, ils ont donc des places réservées dans les administrations, des prêts bancaires plus facilement acceptés, une somme qui arrive sur leur compte quand ils se marrient (le tout théorisé par THE homme politique en Malaisie, Docteur M > il nous a d'ailleurs envoyé une lettre) Ce qui évidemment n'est pas du goût de tous. Les musulmans - la religion des Malais - est aussi largement favorisée. Parlons même, pour être honnêtes, de radicalisation de l'islam. Une fatwa a même interdit... le yoga ! Mais aujourd'hui, elle n'est plus vraiment appliquée.

La photographe, brillante, Diana Lui, née en Malaisie, d'origine chinoise, nous a d'ailleurs raconté la volonté de son père, alors qu'elle avait 14 ans, de les emmener poursuivre leurs études dans un autre pays pour que leur avenir soit meilleur - Diana garde tout de même des souvenirs merveilleux de ces premières années. Diana raconte aussi la jungle, la nature impressionnante qui entoure Kuala Lumpur : "à côté, vos forêts, elles sont gentilles."

En bonus

> Comment faire du théâtre d'ombres à la radio ?

> Comment fabriquer un Dieu à partir d'un petit singe ?

> Tous les best-of de la semaine !

> Le parcours fou du chanteur Dato Shake

> Rien à voir : l'accent québécois de Yassine et Thomas

> De la poésie pour finir !

 

La semaine prochaine, nous parlerons de la Somalie. Si vous connaissez ce pays, écrivez-nous > elodie@laradionova.com / @elofont