Aller au contenu principal

Et si on aidait le Kenya plutôt que Kanye ?

La Kanye-mania a ses limites.

Par Jean Morel

Il est peu dire que Kanye West et son dernier album ont opéré un trust médiatique ces dernières semaines, couplé à une communication obsessionnelle à la limite du burn-out de la part de l'artiste le plus mégalo depuis de lustres. Le problème c'est que pour beaucoup, le gloubiboulga qui a accompagné la sortie de ce qui ne reste qu'un disque, a desservi ce dernier, stream en exclusivité sur Tidal pour des enjeux financiers assez pénibles pour la firme de Jay Z, et surtout un certain nombre de polémiques bas de gamme, comme avec Taylor Swift. Mais ce que les gens ont noté c'est notamment une déclaration de banqueroute un peu difficile à avaler de la part de Kanye en personne, déclarant être endetté de 53 millions de dollars. Le rappeur/producteur a même fait un appel du pied à Mark Zuckerberg pour le renflouer…

Kanye lance même un appel à l'aide, « si vous voulez aider Kanye, aidez-le… » poussant même quelques fans à créer des crowdfundings pour sauver leur idole. Avec un succès assez limité.

 

Pour beaucoup, c'est ce tweet qui a été un point de non retour

 

 

En affirmant que préférer construire une école en Afrique n'avait pas de réel impact, une ligne a été franchie pour ce fan qui a donc créé l'opération HelpKenyaNotKanye, en mettant en opposition la futilité du soutien à la rapstar, et ses chaussures à 200 dollars qui équivaudrait a un nombre important de livres à offrir aux écoles kenyanes, et quand kanye facturait ses beats 50 000 dollars, la conversion en prévention contre le sida paraît nettement plus juste.

 

Vous pouvez tout retrouver par ici.

Alors et si on aidait le Kenya plutôt que Kanye ?