Aller au contenu principal
White Spirit : Transe Soufie et Street Art

White Spirit : Transe Soufie et Street Art

Une merveille sensorielle et spirituelle

Par Fatna Messaoudia

Un moment de grâce et une bonne claque dans la face. Voilà dans quel état d'esprit je suis ressortie de la générale du spectacle “White spirit”. Mêlant danse et chant soufis avec du street art, le résultat est une merveille sensorielle et spirituelle. A partir de ce soir, c’est parti pour huit représentations jusqu’au 15 novembre au théâtre Claude Lévi-Strauss du quai Branly.

 


Crédit : Spectacle White Spirit, transe soufie et street art ©musée du quai Branly, photo Cyril Zannettacci

Une création originale

C’est un savant mélange qui a été orchestré par le quai Branly et ses artistes. La salle tout d’abord, avec une acoustique exceptionnelle qui fait retentir au plus profond de l’âme les chants mystiques de la voix de Noureddine Khourchid et celles des munshid(chanteurs religieux). Les derviches tourneurs qui entrent en transe sous nos yeux, nous emmènent dans un temps suspendu. Et puis là, l’apothéose avec la fresque murale de Shoof qui grâce à une technique apparaît pendant le final aux yeux du spectateur.

 

“Je ne fais jamais de croquis, je marche à l’instinct”

Pour la fresque murale et la performance artistique live, c’est Shoof (qui signifie "regarde" en arabe) qui est en charge. Il aura fallu deux semaines à Hosni Hertelli de son vrai nom, plasticien d’origine tunisienne, pour envahir la scène du théâtre avec ces calligraphies qui sont devenues sa signature.

Installé en France depuis 2004, l’artiste s’est déjà fait un nom à Paris. Il est connu pour avoir participé en 2013 à l’expo éphèmere de street art dans la tour 13, un immeuble du 13 ème arrondissement de paris investi pendant six mois par une centaine d'artistes internationaux, avant d'être détruit. Au mois de mai dernier, c’est la galerie itinerrance qui l’avait invité pour sa première expo solo. Si on lui demande comment il a préparé le décor, il explique: “c’est de l’improvisation totale, je fais mon traçage et ma musique et j’investis l’espace que j’ai à investir. Je ne fais jamais de croquis, je marche à l’instinct.” Et ça lui réussit! L’œuvre en plus d’être très esthétique, exacerbe la sacralité de la cérémonie. 

 

Les représentations au Théâtre Claude Lévy-Strauss :

Vendredi 6 et samedi 7 novembre 2015, 20h

Dimanche 8 novembre 2015, 17h

Du mercredi 11 au samedi 14 novembre 2015, 20h

Dimanche 15 novembre 2015, 17h

Pour info:

  • Une masterclass de dessin avec Shoof le samedi 08/11 de 16h30 à 18h30 avant la représentation de 20h et le samedi 14/11 même horaire. 
  • Un bord de scène avec les artistes de l’Ensemble Al Nabosy le dimanche 08/11 de 18h30 à 19h30 après la représentation de 17h et le vendredi 13 à l’issue de la représentation.

 

Le spectacle sera de plus retransmis en direct sur le site d’Arte Concert samedi à 20h et sera en replay.