Aller au contenu principal
Bob Marley en 5 lives mémorables

Bob Marley en 5 lives mémorables

Rétrospective en concerts.

Par Estelle Honnorat

Pour aborder cette rentrée en toute détente, on a choisi pour vous 5 lives mémorables joués par le chef Bob Marley ! Ses performances scéniques nous donneront l'occasion de retracer rapidement l'esquisse de sa vie. 

1. Le 24 octobre 1973 aux côtés des Wailers dans les Capitol Studios à Hollywood.

Notre première vidéo se place dans le cadre de la première tournée US des Wailers au Capitol Records à Hollywood en 1973. La bande composée de Peter Tosh à la guitare, Joe Higgs aux percussions, d'Aston Barrett à la basse, Carlton Barrett à la batterie et de Bob Marley au chant et à la guitare, commence par un Can't Blame The Youth sur les chapeaux de roue. Les Wailers faisaient alors l'ouverture du groupe Sly & The Family Stone pour la sortie de leur album Catch Fire. La tournée a pris fin à San Fransisco, lorsque Sly Stone les a congédiés sans trop d'autre forme de procès, pour une simple question d'égo…

2. Le 5 décembre 1976 au Smile Jamaica à Kingston.

C'était au National Heroes Park. Il devait jouer un seul titre mais ne s'arrête de chanter qu'après plus de 90 minutes de grand spectacle, devant une foule de pas moins de 80 000 personnes : transcendant. Ce live est une véritable consécration du mythe Bob Marley, une ode à l'inspiration qu'il à insufflé à plus d'une génération. Deux jours plus tard, l'artiste échappe à une fusillade organisée par 6 hommes armés à son domicile, son Island House, alors qu'il répétait. Il est blessé d'une balle dans le bras gauche, tandis que sa femme est touchée à la tête et que son manager est gravement blessé par 5 balles… Tout le monde s'en sort. Cet épisode donnera naissance à la chanson Ambush in the Night trois ans plus tard, lors de la sortie de l'album Survival. 

3. Le 4 juin 1977 au Rainbow Theatre à Londres accompagné par les Wailers.

Bob Marley n'a pas attendu un jour pour se remettre sur pieds après le Smile Jamaica et l'attaque dont il a été victime. Le roi du reggae est directement parti pour 16 mois de shows en Grande Bretagne, où il affirme son statut d'icône à l'échelle mondiale. Le live du Rainbow Theatre a été publié en CD alors que la tournée Exodus a du prendre fin soudainement lorsque l'artiste se blesse au doigt de pied...

4. Le 22 avril 1978 au National Sitadium à Kingston pour le concert One Love Peace.

Ça ne faisait pas moins de deux années que la légende s'était retirée des planches de la scène. C'est tout naturellement à Kingston, son fief, que Bob Marley décide d'opérer son retour. Et il décide pour ce faire de réunir deux ennemis politiques invétérés : Edward Seaga et le premier ministre du pays, Michael Manley. Cette prestation est un véritable monument de solidarité ! Imaginez-vous notre président aux côtés de Nicolas Sarkozy groover sur une seule et même scène… Non. Au sommet de son art, une gigantesque course aux lives débute là encore pour les Wailers et Bob Marley. Du pavillon de Paris à la Nouvelle-Zélande, Peter Tosh, Dennis Brown et Jacob Miller enregistrent pas moins de 5 titres parmi lesquels figure Jammin

5. 1980, Westfalenhalle à Dortmund.

Cette dernière prestation a lieu au sein du Rockpalast à Hanovre. La course aux tournées prend fin en Europe avec celle-ci, à l'occasion de la sortie de l'Album Uprising. La vidéo a été supprimée pour droits d'auteurs alors on vous a récupéré la bande son, tout de même ! PLUR ( peace love unity and respect) à vous !