Aller au contenu principal

Spaghetti Sci-Fi

Pourquoi les martiennes portent elles des collants résille ?

Par Jean Rouzaud

L’intérêt des films italiens d’anticipation des années 60 ( période Barbarella ) est qu’ils nous plongent dans un autre monde, non pas d’espace et de fusées, mais bien un monde perdu de physiques et de looks entre Courrèges et Cardin, version Via Veneto. 

Même les hommes terriens ont des mises en plis, du fond de teint, un balayage de mèches blondes ou blanches sur des physiques de mafieux (pour les extra terrestres) ou de maitres-nageurs ( pour les héros).

Le film pourrait s’appeler « soucoupes, cannellonis et fantaisie », car l’héroïne montre aux  martiens que les pâtes sont meilleures que leurs pilules nutritives. 

Et elle aussi va vite remplacer sa mini robe, par un CAT SUIT ( body transparent) ) également noir, pour aller sur la lune . Avec un boa en plumes d’autruches rouges !..ça ressort très bien sur la fusée argentée.

Bref tout est normal . Des chinois s’en mêlent, mais n’empêchent pas la fin du monde . On voir Rome en ruines, mais aussi la ville des martiens :  le voyage a été si long que leur civilisation aussi s’est effondrée. 

Mais les couples se sont formés et les survivants des deux planètes s’assemblent, pour repeupler la galaxie, sur fond de coucher de soleil..

A quoi ressembleront les enfants des  martiens et des terriens ? mais à des ragazzi normaux, mais dans un style plus DISCO.

Après les sixties, look Cortina dan Pezzo, viendront les seventies, Rimini et San Marino, et les martiennes ressembleront à Amanda Lear.

Destination planète Hydra ( 1966) de Pietro Francisi . Ed Artus film

86 mn . Couleurs.  V.O . et SS titre + Bonus .