Aller au contenu principal
Pour en finir avec l'art moderne

Pour en finir avec l'art moderne

Les écrits de Kasimir Malevitch

Par Jean Rouzaud

Kasimir Malevitch est un artiste russe (d’origine polonaise) qui va devenir le plus grand théoricien de l’Art moderne, inventeur du SUPREMATISME. 

Dès 1910, il est un des incroyables pionniers d’un art ABSTRAIT, détaché de tout réalisme, mais appuyé par une vision plastique unique : le suprématisme.

Il se base sur le système de CEZANNE, comme quoi il faut ramener tout ce que l’on dessine ou peint au CUBE, à la SPHERE et au CONE, c’est à dire refaire le monde en géométrie et en perspective, selon les systèmes humains.

Car peindre et dessiner sont des actes INTELLECTUELS, ou l’artiste est obligé d’appliquer des CODES, des règles de compréhension du monde, des systèmes de représentation, sans lesquels on ne peut pas juste étaler des touches pour IMITER

ce que l’on voit. (même les classique appliquaient des règles nombreuses)

Cette période 1900-1945 va donc s’appeler ART MODERNE ( après 45, on dit art contemporain), car elle rompt avec l’habileté en trompe l’œil des CLASSIQUES, romantiques, baroques, puis impressionnistes etc …

Avec Malevitch, fini la peinture photo, qu’il traite de vieilles dentelle poussiéreuse. On entre dans l’ART SPATIAL, pur, aux forme géométriques, sans attache avec le monde tangible, mais qui va ouvrir un univers entier.

C’est lui le radical qui va peindre le carré noir puis le CARRE BLANC SUR FOND BLANC, comme des manifestes de la non représentation, et de l’envol d’une peinture purement spirituelle et spatialiste. 

Puis Malevitch va voir surgir le CONSTRUCTIVISME , le CUBISME, le FUTURISME, le DADAISME, puis le surréalisme etc.. Selon que l’on cherche à représenter les volumes, la vitesse, l’esprit, le rêve. 

L’ Art est en pleine révolution et va dans son sens.

Mais MALEVITCH, grand précurseur va en plus vivre la REVOLUTION RUSSE de 1917. Donc l’Art au service du peuple, dans les rues, les journaux, sur les affiches,  dans les théâtres, dans l’architecture, les usines, le cinéma…

(Avant que cela ne tourne mal et laisse place au « réalisme socialiste », peinture figurative de propagande, comme ensuite la Chine va le faire.)

Mais Malevitch et ses amis ( El Lissitzky, Ivan Kliun, Ivan Puni et Olga Rozanova, mais aussi les gens du BAUHAUS allemand comme Kandinsky, ou le hollandais Mondrian) vont, à travers des collages, affiches, maquettes, expos, aquarelles théâtre, architecture, imposer au monde ce suprématisme si poussé.

Car il souhaite atteindre sur ses toiles, à une sorte de quatrième DIMENSION :

Largeur, hauteur, profondeur et en plus : l’ ESPACE, pas moins. 

Ses formes géométriques au couleurs pures ( bleu, rouge, jaune, sans mélange, et avec le noir et le blanc)  doivent évoquer le vol, l’air, la spatialité des éléments.

Il y voit un NOUVEAU REALISME PICTURAL .

Bien qu’il étudie les SIGNES ( comme la CROIX, qu’il utilise comme un signe non naturel, vraiment issu des créations humaines ) il veut dégager sa peinture de toute signification symbolique ou rationnelle.  Suprématie du sentiment pur.

Pour couronner le tout , Malevitch croit en un être suprême, une volonté supérieure,

un Dieu en plein communisme athée ! Mais c’est dans une langue de révolutionnaire passionné , de poète inspiré, de visionnaire fougueux qu’il nous dit tout cela.

Ses ECRITS sont un grand manifeste de pensée radieuse, exaltée mais logique, précise, philosophiquement solide et libératrice , et une langue de littérateur fin et profond, attaché à toute chose et à la vérité*. 

Il faut lire Malevitch car il est le plus clair, le plus profond et le plus engagé dans son Art, avec une énorme culture historique et artistique.  Avec une honnêteté de penseur entier et une clairvoyance de visionnaire, il nous emporte dans son supra monde, mais que la raison structurée ne quitte pas.  

* Il défend ses idées, explique l’origine et le but de son art, et attaque frontalement tous ceux qui mentent, ne vont pas jusqu’au bout, ou cherchent les honneurs ou la facilité. 

 

KAZIMIR MALEVITCH . Ecrits . Editions ALLIA . 700 pages !  ( Tome 1) Avec illustration, photos , Index alphabétique et une série d’articles de philosophes et penseurs autour de Malevitch.  30 euros .

Paru le 1er Septembre 2015