Aller au contenu principal
L'Atlantide pour esthètes

L'Atlantide pour esthètes

Quand une mode et un film se rejoignent.

Par Jean Rouzaud

1919 : PIERRE BENOIT sort son roman l’ATLANTIDEAprès la « drôle de guerre » (14 -18), les Français rêvent d’évasion et justement le roman se passe dans le désert saharien, entre Touaregs et méharis, dunes et cités oubliées. Succès général.

Un royaume secret, une reine toute puissante et des militaires français en cape blanche de Spahis, c’est Lawrence d’Arabie à la française, tous le ingrédients du fantasme colonialo-saharien sont réunis. JACQUES FEYDER se lance aussitôt dans l’adaptation au cinéma et  décide, en prime, de tourner sur place au fond du Hoggar et du Tassili, à 1000 kms à l’intérieur de l’Algérie ! La presse prévoit des catastrophes.

Antinea est un film de 3 heures, lent, magnétique, envoûtant que le public va plébisciter en 1921 ! Les images du désert, des cavaliers, des caravanes sont parfaites, puis cette oasis cachée, entourée de falaises, avec un palais orientaliste luxueux, des salles, des couloirs, des femmes… Et la reine Antinea , descendante de Cléopatre, entourée d’antiquité, vêtue de voiles, véritable mante religieuse qui enferme puis tue ses amants : des officiers ou explorateurs trop curieux ! 

Enorme comme le roman : depuis la mode orientaliste du couturier Paul Poiret, puis celle d’Antinéa, gravure de mode exotique…  Femme fatale, avec ses servantes, son luxe, son guépard.  Cette fascination pour le style arabo mauresque habite la France depuis les orientalistes. On vendra un million d’amulettes dédiée à cette souveraine de roman, qui endort les hommes au Haschich et à l’opium, et les affiches d’art s’arrachent tant le film devient un phénomène de mode. 

Il y aura des parfums, cosmétiques, bijoux et même des magasins Antinea, des poèmes et une tournée théâtrale…Il faut dire que c’est un artiste peintre, Manuel ORAZI, qui a réalisé le superbes décors du film.Et c’est justement cette beauté, les broderies géométriques Berbéro-Targui, le dépouillement des décors de l’Atlantide, contrastant avec l’écrin surchargé de la reine, entre symbolisme et orientalisme, qui va déclencher les imaginations. Il y aura des dizaines de « remake »du film.  

Avec ce classique réédité, la version de 1932 de Wilhelm PABST, le génial réalisateur allemand de LOULOU ( avec Louis Brooks), qui va donner 10 ans plus tard une version beaucoup plus ramassée. Avec Pabst, fini les nuances et les approches subtiles de l’intrigue, nous sommes dans un film fantastique de suspens, une sorte de rêve qui tourne au cauchemar et à l’envoûtement . 

Ces films cultes d’époque restent beaux et prenants. La version muette de FEYDER est inégalée, et nous éclaire sur cette fureur exotique des années  dix et vingt, et le pouvoir des imaginations lorsqu’elles sont guidées avec raffinement et talent .

 

_Atlantide . 2 DVD réédités en un boitier : Film de Jaques Feyder. 1921 . Muet en N et B et sépia. Plus de 2 heures.

_1932 : version de Whilelm Pabst . parlant . N et B .

_Un livret de 23 pages avec photos et historique des 2 films + versions.

Production CNC + LOBSTER films . Diffusion BACH films. 

 

** 2 autres coïncidence entre mode et cinéma auront lieu avec « Viva Maria » (  de Louis malle avec Brigitte Bardot et  jeanne Moreau. 1965)

et « Bonnie and Clyde »( d’Arthur Penn avec  Faye Dunaway et Warren Beatty. 1967)