Aller au contenu principal
Le Monseigneur, la classe dans la lutte pour la nuit parisienne.

Le Monseigneur, la classe dans la lutte pour la nuit parisienne.

Le club qui donne envie de ne plus partir à Berlin.

Par Jean Morel

Alors voilà, aujourd’hui sera un jour de confession, en dépit d’un professionnalisme sans faille, il nous arrive quelque fois de sortir, (un peu) à Nova, et depuis quelques mois, il y a une salle à Paris qu’on arpente avec un plaisir tout particulier… Il s’agit du Monseigneur, à deux pas de la Place Clichy. Un club à l’image de Nova, à savoir pointu et exigeant dans sa programmation (orchestrée par SNTWN, 75021, ou encore Vice) mais surtout ouvert à tous et à l’image de Paris, drainant une faune disparate qui permet de revivre quelque chose devenu rare dans cette capitale aseptisée, un peu d’échange et de mélange dans une salle pas trop grande pour se sentir appartenir à quelque chose.

Une politique d’ouverture que se ressent aussi dans les prix, gratuit si l’on vient tôt et sans comparaison avec bon nombre d’endroits à Paris.

Du Jeudi au dimanche ce qui fut un ancien cabaret depuis les années 30 s’anime donc au son des collectifs de musique électroniques les plus pertinents de notre hexagone avec des Curry Wurst et du Club Maté,  bref,  plus vraiment de raison d’aller à Berlin quoi.  Enfin le mardi est lui une soirée consacrée au live qui offre une scène au talent émergents, et qui donne une autre ambition au club. 

Puisqu'on vous dit que c'est chouette comme endroit. 

Toutes les infos par ici à http://www.monseigneurparis.com/