Aller au contenu principal
La révolution rattrapée par le LOL

La révolution rattrapée par le LOL

Quand les codes de l'humour Internet envahissent la contestation

Par Giulio Callegari

Manifestation aux USA. Pedo Bear sur une pancarte. L'ours pédophile, mème internet, icône lol des forums, embarqué dans des mouvements sociaux. Et ce n'est pas une lolerie isolée.

 

Quand on suit les fils actus des révolutions arabes, ou même des drames comme le séisme Japonais, ce qui est assez impressionnant c’est la fulgurance du lol. La rapidité avec laquelle le lol, l’humour Internet, récupère l’actualité. 

Très vite, en parallèle de l’information sérieuse indispensable, le réseau et les internautes apportent leurs salves pour mettre des termes-aux-maîtres (lol), faire chuter les dictateurs à grand renfort de blagues. 

Hitler, Adolf, aura mis 50 ans pour être détourné, parodié. C’est en passant de la mémoire à l’histoire que l’on s’est réapproprié l’image du Führer. La scène du film La Chute ou Hitler Hipster sont devenus des mèmes Internet, une imagerie détournée à l’infini. Aujourd’hui dans le grand maelstrom des sites de partage, des forums, il n’y a plus aucun tabou, plus de règles. Et dans les parodies lol, on trouve plein de chose, plein de genres différents. Les formes du lol sont autant de figures de style humoristiques.

Il y a les séries, qui marchent toujours. Comme cette galerie des casques de fortune des manifestants egyptiens. Plus il y a de fous, plus on rit. Dans le genre série, le Hashtag marche toujours. Un mot sur Twitter chapotant tout plein de blagues. Kadhafi a un secret sur Sarkozy. Bim #kadhafisecret et sa rimbambelle de farces. 

Les internautes fabriquent aussi des mèmes, comme ce fameux type-sérieux derrière-Omar-Soliman (le vice président egyptien) qui se retrouve placé dans plein de clichés historiques. Sinon on peut aussi tomber sur un seul cliché, non détourné, qui est partagé en masse sur des sites de partage comme 4chan ou Imgur.

C'est le cas de Bread Man, le magnifique tireur à la baguette face aux militaires. Le type devient une allégorie du combat David contre Golath, mie de pain vs M16. Hyperbole, chiasme, exagération, métaphore... le LOL reprend les formes de l'écrit.

On retrouve de plus certains succès du lol comme les lunettes à grosse montures noires qui veulent dire hipster (branché) souvent accompagnées d’une punchline désabusée comme un hipster. Une paire de lunettes sur la carte de la Tunisie et hop, le tour est joué, voilàhipster Tunisia qui nous balance un gros « J’aimais la liberté, avant que ça devienne mainstream ».

Il y a surtout le détournement audio. Deux recettes infaillibles : l’autotune et le dubstep. On prend un discours à potentiel comique d’un dictateur et on modifie la tonalité de la voix ou on en fait un remix. Par exemple le super discours de Khadafi , zanga zange, remixé ci-dessous.

 

Le lol, l’humour, c’est une des premières expressions d’une liberté retrouvée. Comme les caricatures autrefois, les détournements du web sont au départ une simple preuve de cette liberté. L’imitation de Ben Ali par un jeune Tunisien a fait un tabac sur YouTube dans cette veine. Aucun dérapage du dirigeant ne passe inaperçu. Mubarak se photoshop ? Il en fallait pas moins pour un torrent de détournements.

Le lol a aussi le mérite d’attirer l’attention sur l’événement, la révolution. D’emporter toute une communauté connectée, geek et influente dans les médias. 

Mais il a aussi l’effet pervers, ici précipité, de dédiaboliser les dictateurs. En parodiant Ben Ali à peine déchu, les Tunisiens l’ont rendu simplement bouffon - On rigole sur sa fuite, etc.. - mais on ne s’attarde pas des masses sur son bilan. Et de nombreuses personnes s’arrêtent à ces parodies.

Pour Monique Dagnauddirectrice de recherche au CNRS, cette recherche du lol rend trop elliptique, éparpillée ou incertaine, l’opinion publique. On assiste à un zapping d’humeurs passionnées, rageuses, jamais vraiment durable. On le voit notamment dans les pancartes des manifestations. Les jeunes dans les rues de Libye ou avant d’Egypte, brandissent des petites phrases, avec des codes de calligraphie propres au Web comme le Hashtag de Twitter ou des émoticones. Tout pour qu’ils soient sélectionnés dans les galeries de site comme Buzzfeed, qu’ils soient relayés sur Twitter ou Reddit. On cherche son ¼ d’heure de célébrité avec le lol, à la pêche à la petite phrase.

 
Si on peut s’attaquer à ce relativisme extrême, la lol génération a tout de même le mérite d’être impliquée, active et passionné, contrairement peut-être à la précédente, la BOF génération désabusée et passive. Tout ça grâce à l'Internet :la facilité et la fulgurance de l'activisme lol.