Aller au contenu principal
1991 : Quand MF DOOM s'adresse au parlement américain

1991 : Quand MF DOOM s'adresse au parlement américain

Une archive témoigne de l'engagement politique du rappeur.

Par Jean Morel

Hier, les Etats-Unis vivaient une journée d’élections importantes, les fameux midterms qui ont vu un revers important pour Barack Obama, le sénat passant aux Républicains.

Cette actualité politique est l’occasion de vous faire part d’une archive assez incroyable.

En 1992, un MF Doom pas encore masqué témoigne devant le congrès. A l’époque il portait le patronyme de Zev Love X, au sein de KMD.

Cette prise de position de Doom à l’époque intervient dans un contexte particulier qui brime la liberté d’expression des musiciens, notamment au travers d’une nouvelle mesure, l’affichage sur les disque des stickers Parental Advisory, Explicit Lyrics ou Content que tout bon adolescent de cette époque a arboré fièrement, mais aussi des arrestation des rappeurs, notamment en Floride.

Ce sont alors Steve Barr, un politique et des représentants de Virgin Records, dont Jeff Averoff qui ont lancé l’opération Rock The Vote.

L’objectif était clair, mobiliser les plus jeunes votants à se tourner vers des politiques qui ne censureraient pas la musique qu’ils écoutent.

Mais les démarches entreprises alors étaient réellement pertinentes, notamment un lois qu’il voulaient mettre en avant, le « Motor Voter », qui permettrait de s’inscrire sur les listes électorales à l’aide de leur permis de conduire, et de pouvoir s’inscrire par mail sur les listes, en somme, facilité l’accès aux liste électorales.

En 1992, la pétition enfle et fait du bruit, soutenue par REM au point que George H.W. Bush finit par exprimer son veto, Bill Clinton en fera alors un thème de campagne, jusqu’à imposer le National Voter Registration Act en 1992.

Et en vrai la classe du petit Doom de l’époque en 1991 en faisait déjà un ambassadeur de haute volée.

C'est une vidéo en flash, il est donc possible que vous ne puissiez pas la voir 

Dans ce cas là c'est par ici