Aller au contenu principal
imhotep iam

Le scarabée d'Imhotep

Imhotep, c'est l'architecte du son IAM . L'homme de l'ombre. Il prétend à la lumière avec son album "Kheper", une sorte de voyage initié par un scarabée...

Par Adrien Gingold

 

Il est l'architecte du son d'IAM, l'homme de l'ombre du duo marseillais, celui qui se cache derrière tous les classiques du duo. L'immortelle "Ecole du Micro d'Argent", bien sur que c'est lui. Les "Chroniques de Mars", c'est toujours lui.
Imhotep, 50 ans, sort son album solo "Kepher", une quinzaine d'années après "Blueprint". Un disque comme enchanté, envoûtant, plânant, qui lui a offert l'unanimité au sein de la Nova-rédac. 
 

Mélanie Bauer a invité dans son Eléphant Effervescent l'homme qui n'est pas surnommé "Tonton" pour rien, l'homme sage, l'homme qui a donné vie à "Kepher". 
 


"Kheper" ?

"Kheper", c'est le verbe qui est associé à "khepri" ; "khepri", c'est le scarabée

mythologie de l'Egypte Ancienne traditionnellement représenté avec la Lune et le Soleil ; c'est lui qui fait se lever et se coucher les astres diurnes et nocturnes. Ca représente en fait les idées d'alternance de cycles complémentaires jour / nuit, les cycles de l'existence de la réincarnation, de la métamorphose...
C'est un concept que j'ai trouvé très intéressant, parmi tous les autres de l'Egypte Ancienne.

 

 

 

Un scarabée que l'on retrouve sur la pochette, sur la quelle le susnommé scarabée tient un disque... en or !


 
Oui, tout à fait ! Mon scarabée à moi ne court pas après le soleil mais plutôt après un disque d'or ! C'est un vieux rêve, en fait...


 
Et c'est tout ce qu'on vous souhaite ! L'album commence par des voix... On dirait du Jean Marais, du Cocteau... D'où sortent-elles ?


 
Au départ c'était un vinyle que nous jouions à l'époque de notre concert son et lumière projeté sur les pyramides de Gyzeh. Ca parle de nous en fait... Akhenaton, Kheops, Imhotep ; on va dire que c'est le disque qui retrace notre gloire antique !


 
On entre dans ce disque comme on entrerait dans une forme de méditation. Est-ce que c'est comme ça que vous voyez la musique ? Comme une forme de méditation ?
 
Hmmm... Effectivement, je ne réfute pas le terme. On peut parler de méditation, de voyage intérieur... Il y a un côté un peu abstrait, un peu mystique ; c'est pour ça que je tenais à ce qu'il n'y ait pas trop de paroles.
Je voulais que ce soit un disque que l'on entende, pas forcément que l'on écoute. Que l'on peut mettre en fond sonore lorsqu'on se réveille le dimanche matin, ou lorsque l'on a un trajet à faire, que l'on puisse faire 150 km sans avoir l'impression de rouler.

Justement, comment comment l'avez-vous composé ? est-ce un disque du matin ? De la nuit ?


En fait, il a surtout été composé sur la durée, un peu de la même manière que mon premier album Blueprint : j'ai une réserve de samples, d'échantillons que je mets de côtés, et ils se répondent parfois les uns les autres, parfois à force de collages, de découpages, telle ou telle boucle va avec tel ou tel rythme. Je fais des rapprochements, des juxtapositions, des remixes...
Je compare ça au travail d'un peintre. C'est comme si je peignais 15 tableaux à la fois, par couches successives et sur une dizaines années.
 
Après, il y a deux ou trois invités sur le disque, notamment Denis Rastyron Thery qui a joué des parties de claviers parce que c'est juste un  grand grand monsieur du clavier dub et reggae, il y a aussi le violoniste oriental Safwan Kenani qui est un vrai magicien, je l'ai kidnappé lors de son passage à Marseille...
Mais je voulais quand même que ça reste un travail solitaire, je ne voulais pas faire un album de featurings, d'invitations. Ca, je le développerai plutôt sur scène.


 
En parlant de scène, c'est un album que l'on imagine bien emmener en improvisation...


 
C'est vrai qu'il y a comme un côté inabouti dans le sens ou il n'y a pas trop de voix. On pourrait imaginer des musiques de films, des chorégraphies... C'est à la fois un produit fini, mais aussi une sorte de "work in progress" qui peut être décliné de différentes manières.
C'est un album que l'on va déguster à toutes les sauces !