Aller au contenu principal
Les courants philosophiques en image

La philosophie en images

Le graphiste et designer Genis Carrera est à l'origine d'une série de graphiques appelée "Philographics", ayant pour objet d'illustrer une théorie ou un concept philosophique. Le résultat est plutôt probant !

Par Alice Barret
  

Vous ne maîtrisez pas dans les détails la Critique de la Raison Pure de Kant ? Ou pire encore, vous n'avez jamais compris la différence entre le relativisme et l'objectivisme ? Bref, vous avez le souvenir d'un professeur de philosophie de terminale, se battant seul avec ses concepts philosophiques, contre une classe d'adolescents en digestion ? Dieu a créé Genis Carrera pour pallier vos ignorances !

Pas besoin d'un long laïus pour expliquer ce en quoi consiste l'absolutisme, le relativisme, ou l'absurde, Genis Carrera synthétise l'essence de chaque concept en un dessin, utilisant des formes géométriques simples et des couleurs. Ce graphiste et designer catalan basé à Londres a réalisé une série de graphiques, représentant chacun un concept philosophique de manière étonnamment évocatrice ! On regrette presque qu'il n'ait pas été notre professeur de philosophie. Avec lui, la philosophie devient limpide ! Ses dessins sont tellement représentatifs que l'on saisit d'emblée l'idée générale des grandes théories philosophiques.

Alors on dit un grand MERCI à Genis Carrera, ce génie qui a été doté du don de rendre simple le complexe !   

 Le nihilisme est l'idée selon laquelle le monde est dénué de tout sens, de toute vérité et de toute valeur. 

L'absurde consiste en un décalage entre l'exigence qu'à l'homme de donner du sens aux choses, et le constat que le monde n'en n'a pas toujours. 

L'humanisme est un courant philosophique qui considère l'homme comme doté de facultés intellectuelles quasi illimitées et qu'il a pour devoir d'exercer. 

L'idéalisme est la théorie philosophique qui associe la réalité à l'esprit. 

L'hédonisme prône une doctrine de vie orientée vers le plaisir. 

Il y a autoritarisme lorsque l'autorité est érigée en valeur suprême, elle acquière alors la première place. 

Le sceptique est celui qui doute qu'il y ait une quelconque vérité (ce qui en contradictoire en soi, car il faut au moins que l'affirmation selon laquelle "il n'y a pas de vérité", soit vraie).

Le déterminisme est l'idée selon laquelle la suite des évènements répond au principe de causalité. Autrement dit, tout ce qui arrive, résulte d'un état antérieur qui l'a causé. 

 Le constructivisme va considérer que la connaissance humaine ne reflète pas fidèlement la réalité telle qu'elle est, mais résulte du rapport de l'esprit humain avec la réalité. 

Le positivisme considère que l'expérience scientifique est un bon moyen d'acquérir des vérités.