Aller au contenu principal
La folie des biopics musicaux

La folie des biopics musicaux

Petite revue du genre qui plaît de plus en plus aux studios et au public.

Par Alice Barret & Sophie Marchand

La folie du biopic n’est pas nouvelle, mais elle est contagieuse. Sur le principe, les avis sont partagés ; quel intérêt y a-t-il à raconter la vie d’un musicien par le spectre de la fiction alors qu’il y a tant de documentaires, d’interviews, de livres qui la racontent déjà ? Les fans craignent souvent la trahison, redoutant que le portrait ne soit pas fidèle, ou qu’il soit arrangé pour plaire au grand public. Les autres sont enthousiastes à l’idée de donner corps à une idole disparue - renforçant le goût des grands studios pour ces biographies.

En ce moment, tout le monde parle de ”All Is By My Side” - le biopic consacré à la vie de Jimi Hendrix, inteprété par André Benjamin (a.k.a André 3000 d’Outkast). Mais il faut s’attendre à une tempête du genre pour les années à venir. Car, on parle également de films sur Miles Davis, Freddy Mercury, James Brown, Aaliyah, Whitney Houston, 2 Pac ou Dr Dre - certains sont prêts à sortir, d’autres sont en cours de production. Alors histoire de faire le point avant qu’on n’y comprenne plus rien - petite revue du genre.

Les classiques

Quand on parle de classiques, on ne peut s’empêcher de penser à l’immense Amadeus de Milos Forman, sorti en 1984 et librement inspiré de la relation tumultueuse entre Salieri et Mozart. L’avantage de ce biopic, qui est largement retrospectif, vient de la possibilité de prendre des libertés. Rares sont ceux qui se seraient insurgés contre le fait d’avoir choisi Tom Hulce pour interpréter le compositeur ou qui auraient accusé Forman de déformer la réalité (ce qu’il fait pourtant largement). 

Depuis les années 1990, la mode n’est plus au portrait poussérieux : les studios aiment parler des Grands du 20ème siècle, vivants ou morts. Enfin, à l’origine on préfère parler des musiciens qui ont eu une vie bien tumultueuse, ou une mort mystérieuse - bref des portraits rock’n’roll. Evidemment, on pense à The Doors d'Oliver Stone sorti en 1991, qui inaugure le genre. S’ensuit Last Days de Gus Van Sant (sur les derniers instants de Kurt Cobain) ou Control d’Anton Corbijn (sur la vie de Ian Curtis et le groupe Joy Division). Et l’on ne parle ici que des films de qualité. Il y a les portraits plus doux, qui retracent une vie entière en musique et qui sont un peu de gros budgets consensuels mais plaisants : Walk The Line de James Mangold, sur la vie de Johnny Cash, ou Ray de Taylor Hackford.

Mais certains réalisateurs font le pari, beaucoup plus risqué, de parler d’une idôle encore vivante. Alors comment rendre hommage sans donner l’impression d’écrire une élégie ? Quelques films ont réussi à relever le défi : I’m Not There, de Todd Haynes (le pendant fictionnel de l’excellent documentaire de Martin Scorsese, No Direction Home). C’est également le cas de Tina, de Brian Gibson, qui s’intéresse à la relation de la tigresse avec Ike Turner.

Les mal-aimés

Mais si les vrais fans sont souvent craintifs à l’idée que l’on réalise une fiction ou un portrait de leur musicien préféré, c’est pour une bonne raison. Combien de biopics sont des hommages ratés, qui magnifient certains aspects pour finalement passer à côté des exigences d’une biographie ?

L’Elève de Bethoveen, sorti en 2006, n’a pas marqué l’histoire du cinéma, ni celle de la musique. Summer Dreams, sur l’histoire des Beach Boys, non plus. Mais on vous voit venir : vous allez nous dire que les films sus-cités méritent leur place ici. Vous, le fan des Doors ou de Nirvana, vous offensez contre ces réalisateurs qui ont osé toucher au sacrosaint. Alors pour vous faire plaisir, on accepte de les classer également ici. On parlera peut-être de classiques mal-aimés.

Les étouffés dans l’oeuf

Si les initiatives sont nombreuses pour rendre hommage à des musiciens, il arrive souvent que celles-ci avortent en chemin. Pour quelles bonnes raisons ? 

Un projet de biopic avait été lancé sur la chaîne américaine Lifetime pour rendre hommage à Aaliyah, la talentueuse chanteuse de R&B des années 90’s, disparue tragiquement dans un accident d’avion en 2001 alors qu’elle avait 22 ans. Le film devait porter plus précisément sur la relation qu’elle entretenait avec son producteur R. Kelly, de douze ans son ainé. Mais la chaîne de télévision a dû renoncer à ce projet face au mécontentement de la famille de la chanteuse qui considère que le talent d’Aaliyah méritait plus qu’un simple téléfilm.

D’autre part, le réalisateur Dexter Fletcher (Sunshine on Leith, Provenance) avait l’idée de retracer la vie du célèbre chanteur de Queen, Freddie Mercury. Il aurait abandonné ce projet qui était pourtant déjà bien entammé, puisque l’acteur pour jouer le rôle du chanteur avait déjà été désigné : Ben Wishaw, qui jouera dans le prochain James Bond. Cependant, si le réalisateur quitte le navire, la production maintient le cap et devrait assurer le tournage du biopic cet été.

Les prometteurs

Aujourd’hui vient d’être révélée la première image de Miles Ahead, le biopic consacré à l’immense trompettiste Miles Davis. Derrière ce grand projet, l’acteur Don Cheadle qui incarnera également la célébrité. Le film, qui sort en juillet prochain aux Etats Unis, semble emballer la communauté des fans.

 

On attend également avec impatience le biopic consacré à la vie de James Brown dont la date de sortie est déjà fixée au 24 Septembre 2014 en France. Etant donné la nature de l’équipe qui a travaillé à ce projet, le film est prometteur. Effectivement, quand c’est un réalisateur comme Tate Taylor (La Couleur des Sentiments) qui s’attaque à cette figure mythique de la musique, il y a toutes les raisons de penser que l’adaptation sera réussie. Il faut noter que le producteur du biopic n’est autre que Mick Jagger, le chanteur des Rolling Stones, et que l’acteur qui incarnera le roi de la soul est Chadwick Boseman, déjà très remarqué. En attendant la sortie du film, voilà la bande-annonce.