Aller au contenu principal
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’underground californien

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’underground californien

Attention, Iceberg en provenance de la West Coast.

Par Jean Rouzaud

Enfin un livre complet sur la vague californienne 1964-1972, un abécédaire - du style dictionnaire du Rock de Michka Assayas, seul vrai outil de travail pour journalistes sérieux et historiens.

Avec les éditions « Le Mot et le Reste », STEVEN JEZO VANNIER, un érudit travailleur, nous offre un gros livre, California Dreamin, avec plus de 300 groupes musicaux détaillés : 500 pages de ce Rock West Coast qui nous permet de réaliser que la France n’en a jamais aperçu que 5 à 10% !!

L’énorme iceberg californien, nous montre enfin sa partie immergée. Car ces grands mouvements culturels : Rock, Pop, Hippy, Punk, perpétuellement cités à tort et à travers, copiés en mode ou en style, sont en fait très mal connus et encore moins compris, notamment dans leur diversité et leurs origines. 

Seuls des LISTES exhaustives épuisent ce genre de sujet. 

En réalité, cette flambée de la côte ouest américaine, contient du Folk, du Blues, de la Surf music, de la Country, du Blue Grass, du Rock garage, de la Pop jazzy et latino, du Psychédélisme, du Rhythm and Blues, du British Beat et même du Punk !

L’introduction du livre raconte chacune de ces sources, là encore, une parfaite entrée en matière pour amateurs de ROOTS. 

La caricature n’en a retenu QUE le mouvement « Peace and Love », planant, fumeur de Marijuana, vêtu de chemises à fleurs, de gilets à franges ou de jupons en macramé… Voilà de quoi en finir avec cette REALITE REDUITE.

Après la caricature, l’ignorance, les à-peu-près et les fausses évidences, on peut enfin faire un peu le point sur ce déferlement qui a quand même, soit dit en passant, marqué jusqu’à l’autre bout du monde.

On se demande comment fait l’auteur au nom étrange, Steven Jezo Vannier, né en 1984, après la new wave !.. Avoir vingt ans en 2004 et en savoir autant sur les sixties relève du défi.

On vous avait parlé il y a un an de son autre GROS LIVRE SUR TOUTES LES CONTRE CULTURES depuis l’antiquité !!

Beaucoup de grands groupes : Love, Jefferson Airplane, Iron Butterfly, Seeds ou Hot Tuna se lisent comme des nouvelles sur plusieurs pages.

 

Par exemple, dès 1964, alors que les londoniens post MODS s’habillent chez « GRANNY TAKES A TRIP », les californiens vont au « MAGICAL THEATER FOR MADMEN ONLY », friperie de vêtements du 19 eme siècle qui appartient justement au clavier des CHARLATANS, groupe précurseur de la vague west coast, qui s’habillaient en Western et Pionniers !!!

Car certains avaient déjà rompu avec les BERMUDA et MADRAS de la mode SURF, pour se déguiser en autres cowboys, trappeurs, fermiers et autres pionniers, annonçant le retour à la campagne et les communautés… 

Les noms des groupes sont également typés : classés nature avec des « Mad River », Cascades », «  Wild Flower », mais il y a aussi des « Lovecraft, « Lollipop shop, » Gourmet’s Delight, « War ou encore » Pacific Gas and Electric !! ..Toutes les inspirations y passent , décalées, planantes ou minimalistes comme « Kak », « Pud », ou « Mu ». 

Car là encore, les appellations tentent de suivre les idées de base des genres musicaux : car s’il y a des Airplane , Starship et autres Butterfly, il y a en même temps des Brigades, Brain Police, Cold Blood…

Tout n’est pas Cool au pays du Surf, réécoutons les grands mégalos comme Captain Beefheart, Grace Slick ou Frank Zappa, et même des DANGERS PUBLICS comme Phil Spector - toujours armé et qui a fini par assassiner une femme - ou Charles Manson , qui a sorti un album intitulé « The Love and Terror Cult ».

Bref, un feu d’artifice d’aventures, de genres, de fous, d’inspirés, de splits et de flashes : l’âge d’or des musiciens…

La Californie incandescente, mais paradoxalement solidement adossée à ses racines musicales riches et à une volonté de BUSINESS , de Marketing et promo que l’Europe n’a toujours pas acquise.

A partir de banjos, HORNS (cornets), JUGS (pichet), l’ouest américain a décollé avec l’ELECTRICITE ( orgues, guitares et amplis), pour donner des orchestres quasi symphoniques, ronflants, distordants, une myriade d’interprètes inspirés, passionnés, échevelés que le monde a regardé hébété, et aussi des dandies incompris : Count Five, Arthur Lee, les Flaming Groovies, Sly, Sky Saxon…

L’histoire d’un génération qui a voulu DECOLLER de terre, et cette histoire n’est pas finie, car il y en a encore qui cherchent toujours une piste d’atterrissage ! 

CALIFORNIA DREAMIN’ par Steven Jezo Vannier aux Editions le Mot et le Reste . 530 pages . 26 Euros