Aller au contenu principal
On vous a caché Mattia Bonetti !

On vous a caché Mattia Bonetti !

Enfin du design décomplexé, et c'est cadeau !

Par Jean Rouzaud

En parralèle de cet article retrouvez notre galerie des oeuvres de Mattia Bonetti 

Loin des cul-serrés du soi-disant design contemporain : pauvre, froid et peu inventif (et même pas ergonomique)…

Loin des magazines féminins ignorants, suiveurs et bas de gamme, ne connaissant que Philippe Stark , Mark Newson ou (m)Ora(b)ito...

Loin des diktats du soi-disant bon goût étriqué : noir, blanc et gris, résidu du vieux snobisme japonisant post-zen pour people frileux…

Voici enfin un garçon aux influences variées, qui ose les formes, les évocations sans complexe, qui joue avec les époques, les matières et les formes, mais aussi avec les grands courants esthétiques des années vingt aux années soixante.

Cadeau de début d’année, qui redonne tous les espoirs dans une discipline ternie par des décennies d’appauvrissement mercantile ou idéologique, et lâchée par les critiques d’art prudents.

Car il faut un certain allant pour créer vraiment, sans crainte du jugement des rédactrices  « art de la maison» branchées soit cocooning, régressives fans de Matali Crasset ou bloquées chez Andrée Putman, façon grande dame de bon ton, à la Charlotte Perriand.

MATTIA BONETTI, puisque c’est lui, n’a pas de limite à son champ d’inspiration ou de réalisation. Il travaille avec de nombreux grands artisans d’art : céramique, bois, résine, altuglass, métaux (du bronze à l’aluminium et au fer forgé), plastiques mais aussi des pierres dures (et galets, cristaux de roche, verre de Murano), et même.. du jean !

D’origine suisse italienne, parisien depuis plus de 35 ans, il travaille pour des clients du monde entier et a eu les honneurs de grandes expositions en Angleterre ou états-unis, mais comme son compatriote Pucci de Rossi , récemment décédé, seule la France boude son incroyable créativité …

 

Oui, les médias français ont une règle d’or : vanter les médiocres et omettre assez systématiquement les bons, surtout s’ils sont vivants !!

Car Mattia transgresse pas mal : il n’est ni obsédé par les lignes droites, la pureté, l’élégance, ou tout autre cliché des médias sans goût ni culture, qui ont tout oublié de l’objet .

Il fait même appel à des univers que ne renierait ni Tim Burton, ni Jerry Lewis, Kenny Scharf ou Startrek !!!... Sans oublier Cocteau, Dali ou l’Art Déco, ou un maharadjah qui serait ami de Charlot ou qui aurait trop regardé la panthère rose.

Mattia Bonetti est plus que designer ou fabricants d’objets. Certains musées l’achètent et ses clients pourraient spéculer. Quelques pièces uniques sont de vraies sculptures.

Regardez la galerie d’objets et perdez vos a priori, une fois pour toutes.

Et sachez que le design, comme la plupart des disciplines, n’en est qu’à ses balbutiements, tout reste à faire. Souvenons nous des italiens des groupes Memphis et surtout Alchymia … Ce sont les clichés et les répétitions, les imitations et les interdits qui avilissent les domaines d’expression.

Mattia Bonetti est un des rares à nous montrer ce qu’est qu’un esprit  grand ouvert.

Merci pour la leçon.

Retrouvez la Galerie des pièces de Mattia Bonetti par ici.

Les travaux de Mattia Bonetti sont visibles à la galerie Cat Berro  à Paris 25 rue Guénégaud . 75006 . ( ainsi que ceux de Pucci de Rossi) ou sur le net à son nom.