Aller au contenu principal
La 3D, c'était mieux avant

La 3D, c'était mieux avant

Et ce sont les poupées de Ray Harryhausen qui nous le prouvent.

Par Jean Rouzaud

Cet Américain d’origine allemande, Ray Harryhausen a été marqué (comme tout le monde) par le film King Kong, sorti en 1933 ! Le gorille animé de Willis O Brien et les incrustations de Linwood Dunn le laisse pantois : il veut faire ça plus tard !

La guerre finie, dès 1946 il s’y met : il fabrique des poupées, son père réalise les armatures articulables avec un tour à métal et sa mère coud les vêtements. Tout ça dans leur garage.

Ray est cultivé : il connaît les contes et légendes d’Europe. Il est artiste, il dessine tout ce qu’il réalise, créatures et décors. Ses planches de personnages fantastiques ressemblent à des litho-gravures, son inspiration vient de Gustave Doré - ce qu’il y a de mieux en illustration.

Il fera 2 ou 3 films avec des poupées, mais les studios Disney balancent l’artillerie lourde et, avec la sortie de Fantasia, Harryhausen craque et comprend la supériorité du dessin animé. Impossible de rivaliser avec ses marionnettes, même superbes.

Mais en revanche, il peut proposer sa science des créatures animées dans de « vrais » films : des dinosaures, puis des géants, des cyclopes, des pieuvres ou même des soucoupes volantes et autres engins. 

Sa réussite va être fantastique, il tournera lui-même 9 films qui vont littéralement inspirer plusieurs générations parmi les plus grands réalisateurs : de Spielberg à Tim Burton,de Terry Gilliam à Joe Dante, et tant d’autres, seront marqués à vie par les créatures de Harryhausen.

Il faut dire qu’avec Gulliver, ou Sinbad le Marin, des mythes grecs comme Jason et les argonautes, jusqu’aux légendes de l’Inde, il va littéralement faire découvrir des univers impossibles, des contes merveilleux : le cinéma fantastique était né !

Ce qui est déterminant dans son travail, c’est la qualité plastique des monstres, héros, dieux, géants, cyclopes, dinosaures, statues, hydres et même les célèbres squelettes animés de Sinbad : toutes ces créatures sont inventées, puis modelées et ciselées par un véritable artiste.

Les planches de dessins de présentations, au crayon noir et blanc sont aussi belles que des gravures de Durer, Doré ou Daumier…Grace à sa culture, son goût est parfait : expression, finition, inspiration sont justes.

On est loin du mauvais goût de Godzilla ou d’autres productions avec des martiens et des monstres de l’espace. Ray Harryhausen est le maitre incontesté et va le rester.

Les statuettes sont animées à la main, image par image, avec des caméras spéciales. Avec un système de double écran, on peut filmer le premier plan, la statuette puis le fond (l’incrustation n’existait pas).

Et c’est évidemment Ray qui anime chaque mouvement, à la main, clic par clic, et les 24 images par seconde, une fois réunies, vont donner l’illusion d’un personnage animé de vie ; comme les 24 dessins par seconde du dessin animé.

Vous commencez à comprendre le travail : une armature, puis du latex ou autre matière souple et un seul homme qui va, centimètre par centimètre déplacer, membres, tête, regard et bouche et évidemment queue ou tentacule. Imaginez l’Hydre à 6 têtes ou le Craken.

Car tout doit ressembler, si ce n’est dans la fluidité et la perfection, au moins à des gestes. Mais c’est surtout la poésie et le style esthétique, les exigences de Harryhausen, qui comme un vrai artiste, comme un sculpteur a donné un niveau extraordinaire à des films au départ destiné à la jeunesse.

Ray Harryhausen, Le titan des effets spéciaux est un film d’une heure et demie, fait par 2 Français, qui a pris des années. Il montre des extraits et des documents exceptionnels. Les louanges de Ray Bradbury (le pape de la science fiction) et de toutes les stars sont instructives, car chacun dit ce qu’il en a pris.

Même Spielberg avoue que la 3D est glacée et que l’on en abuse, contrairement à l’univers poétique de R.H… Tim Burton s’en est clairement inspiré mais on en trouve également des citations et des traces dans Terminator, Pirates des Caraibes, Hellboy, Starship Troopers, Mars attack 

Et quand on voit sortir du garage de R.H. les cartons avec chaque statuette, figurine, poupée, casque ou couronne d’époque, d’origine, on croit voir les magasin actuels de Mangas et produits dérivés. Sauf que ces figurines sont vintage et vues par le monde entier.

On dit de lui qu’il a réalisé un travail « impossible» (parce que titanesque, trop pour un seul homme), et pourtant… Alors merci pour le miracle !

Double DVD Ray Harryhausen, Le titan des effets spéciaux.

  • Film de Gilles Penso . Edition collector + bonus .
  • Rimini Editions