Aller au contenu principal

La Nuit, journalisme de l'amitié

Une conversation qui a besoin de vous.

Par Jean Morel

 

C'est un angle intéressant que choisit d'adopter le nouveau Webzine "La Nuit". Celui de faire descencdre le magazine lui même de son piedestal pour l'installer dans une situation de communication qui est celle de la conversation avec son lecteur. Dans une approche pas unilatérale qui nous dicte ce que voir, lire, écouter et penser. La nuit veut devenir un bon copain. 

Lisez ainsi son manifeste : 

"Un journal, ce devrait être une conversation. La présence d'un ami (La Nuit, elle, serait plutôt une  amie). Qu'on retrouve au café, invite en voyage, appelle pour avoir des nouvelles. Aux amis, on ne demande pas de parler Politique, Économie, International, Musique, Média, et dans l'ordre du sommaire des journaux, si possible. On ne parle pas par rubriques. On parle par émotions. Envies. On saute des unes aux autres. Il nous a semblé que La Nuit devrait ressembler à nos soirées, nos conversations, nos nuits justement. On y passera donc des  Choses qui nous étonnent  aux  Choses qui nous interpellent, des  Choses que nous aimons entendre  aux  Choses qui nous touchent, des Gens que nous appelons aux Choses que nous invitons  (car nous aurons des invités) aux  Choses trop rares  etc. Une musique, un film, une nouvelle, deux phrases peuvent nous inspirer ces émotions : ils seront donc mélangés, rassemblés, confrontés sous le même titre, et au même titre. Comme un coup de balai dans le placard des rubriques (vous savez : mercredi c'est cinéma, jeudi c'est livres et vendredi c'est ravioli). Pour nous, des musiques, des films et des images peuvent nous en apprendre beaucoup plus sur la réalité du monde qu'un éditorial sur les dernières reculades de François H. ou l'éternel retour de Nicolas S. C'est donc l'émotion qui structurera La Nuit. Et l'envie de la partager qui lui donne sa raison d'être. Elle sera pleine de musiques, de vidéos, de photographies, d'images, de textes courts, parfois quelques phrases, qui suffisent à toucher quand ils sont justes, et qui lui donnent son identité totalement à part dans le monde encore très papier/crayon et plutôt bavard de la presse."

Et c'est un ami de la radio, d'Actuel, qui est derrière La Nuit. Le problème c'est que pour lancer ce beau projet, la nuit a besoin d'un coup de main, à travers une campagne de Crowdfunding que vous pouvez retrouver ici