Aller au contenu principal

Fatwa contre les croissants

En Syrie, une fatwa vient d'être émise contre les croissants, symbole du colonialisme

Par Sophie Marchand

La Syrie va mal, Alep est bombardée, la rébellion s'enlise mais un comité d'Alep dédié à l'application de la Charia a pris le temps de déclarer les croissants "haram" - c'est à dire de les interdire. 

Le croissant est un symbole extrêmement important dans la culture ottomane et perse, et il est par exemple présent sur le drapeau ottoman et turc aujourd’hui. Or selon une légende, la viennoiserie aurait été inventée (sous cette forme) pour célébrer la victoire des Viennois contre l'envahisseur ottoman lors de la bataille de Vienne en 1683. Mais il est impossible de confirmer ou d'infirmer cette version de l'histoire, certains historiens supposant que le croissant date du 19ème siècle en France. 

Il n’empêche : pour le comité en charge de l'application de la charia à Alep, le croissant que l'on déguste aujourd'hui en Syrie (dans certains milieux socialement et culturellement marqués par leur proximité avec les modes occidentales) est le symbole de la colonisation et de la soumission à l'Occident. Prononcer une fatwa à l'encontre du croissant serait donc un moyen d'empêcher sa consommation et sa production et de créer une culture islamique émancipée de tout lien avec l'Occident. Implicitement, c'est aussi un moyen de se distinguer et de dénoncer le style de vie d'une certaine partie de la population syrienne pro-occidentale. 

En 2011, un groupe islamiste somalien avait prononcé un fatwa à l'encontre du sambousa égyptien car sa forme triangulaire rappelait le concept de la Sainte Trinité. 

Niveau best-of, citons aussi une fatwa contre le club de foot de Manchester en Malaisie, ou encore des fatwa émises contre les émoticones, les Pokémon ou le dangereux Mickey Mouse.

Laissons nos viennoiseries tranquilles, sinon à la longue ça risque de donner raison à Jean-François Copé sur les pains au chocolat et de le faire passer pour un fin connaisseur de l'Islam et des sociétés musulmanes.