Aller au contenu principal
Ya Bon Awards

Ya Bon Awards

Comme chaque année, les Ya Bon Awards récompensaient hier avec humour les lauréats du racisme ordinaire... Nova y était

Par Maud Petit

C’était hier soir au Cabaret Sauvage. On y a mangé des pains au chocolat et trinqué à la santé de Jean-François Copé. La remise de prix des plus belles perles racistes de l’année, un bon cru 2013 !


Lionel Lucas, Alain Finkielkraut, Xavier Lemoine, Marine Le Pen, Gérard Depardieu, ou encore Hassan Chalghoumi n’ont rien à envier à leurs prédécesseurs Brice Hortefeux, Robert Ménard et Caroline Fourest.


D’une main de maître, Raphäl Yem mène la danse, entouré de son jury d’amis engagés : Marco Prince, Nadir Dendoune, Aissa Maiga, Mireille Fanon-Mendès-France...


Sans trop de suspense, la peau de banane d’or de la catégorie “Super Patriote” est attribuée à Véronique Genest pour ses propos sur l’islam : « Alors tout de suite : ‘Islamophobe! Raciste!’, alors moi j’ai réfléchi. J’ai réfléchi et je me suis dit : ‘Islamophobe. Islamophobe ça veut dire c’est la phobie, c’est la peur. C’est bien ça ? Alors effectivement, peut-être que je suis islamophobe’. Ce soir, je fais mon coming-out : oui, probablement que je suis, comme beaucoup de Français, islamophobe. »



Sous les huées, Christophe Barbier vient récupérer ses prix de l’an dernier obtenus pour ces Unes de l’Express provoquantes. Tout sourire, il parle de stratégie commerciale pour amener les lecteurs vers un article de fond qui les fera réfléchir… L’ambiance est électrique.

 

La provocation comme stratégie commerciale ? 

 

Le prix de la catégorie « Territoires perdus de la République » est remis par les réalisateurs de  “Rue des cités” (actuellement en salle, et dont Radio Nova est partenaire), Carie May et Hakim Zouhani, au Président de l’UMP pour : « Il est des quartiers où je peux comprendre l’exaspération de certains de nos compatriotes pères et mères de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s’est fait arracher son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu’on ne mange pas pendant le Ramadan » (Discours de campagne de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP, 5 octobre 2012).


Elisabeth Badinter  est la grande gagnante de la catégorie  « Racisme à peine voilé » : « D’un côté, on commémore les victimes de Mohamed Merah et veut combattre l’islamisme radical, et de l’autre on laisse faire l’entrisme de ces islamistes dans des crèches de quartier. Il faut absolument réagir très vite.» (Elle, 20 Mars 2013)


Elisabeth Lévy remporte un prix pour l’ensemble de son oeuvre : « Quiconque a déjà voyagé dans une rame entouré de gens vêtus de boubous ou de djellabas devrait avoir l’honnêteté de partager ce constat. Il est évidemment permis − voire vivement conseillé − d’apprécier bruyamment cet exotisme à domicile. » (Causeur, 2013)

 

Et Gilles Sokoudjou, président de l’association des Indivisibles, de conclure en citant Aimé Césaire :  « ‘L’heure de nous-mêmes a sonné’. On nous avait promis le changement, mais celui-ci ne peut venir que de nous-mêmes », enchaîne-t-il.
Avis aux forces vives : l’association Les Indivisibles a besoin de vous : engagez-vous !


Allez, une dernière pour la route, notre préférée: « Très franchement, quand je vois un barbu en djellaba qui traverse au feu rouge, j’ai envie d’accélérer » (Franck Tanguy, chroniqueur chez RMC).

 

Plus d’infos sur le site des Indivisibles