Aller au contenu principal

L'art aborigène vu du ciel

L’œuvre d’art installée sur le toit du Quai Branly n’est visible que depuis la Tour Eiffel

Par Sophie Marchand

Sur le toit du musée Branly, l’artiste Lena Nyadbi - une Australienne aborigène originaire du Kimberley a peint « Dayiwul Lirlmim ». 

Son œuvre représente les écailles du barramundi, un poisson d’eau douce. La création s'inspire d'une légende :  trois jeunes filles, qui voulaient s’emparer du poisson, l’aurait laissé tombé. Les écailles du barramundi se seraient alors répandues sur le sol – formant ainsi les mines de diamants.

Le musée, qui se consacre depuis son ouverture en 2006 à la présentation des arts contemporains d’Australie, a demandé à l’artiste de peindre sur les 700m2 de la terrasse une œuvre aux dimensions monumentales. Elle est en effet composée de 172 pochoirs de 3 mètres sur 1,5 mètres. Elle est réalisée en ocre et en charbon naturels sur une toile de lin.

Le concept est original puisque l’œuvre n’est visible qu’en dehors du musée, et plus précisément depuis le toit de la Tour Eiffel - ou sur Google Earth pour les plus curieux !

Pour en savoir plus : c'est ici