Aller au contenu principal

Accusé cherche greffier

La source de Wikileaks, Bradley Manning, n'a pas de sténographe. Explications.

Par Anne Donadini et Mathilde Serrell

Le procès de Bradley Manning va débuter le 3 juin. Pour ceux à qui ce nom ne dit rien, il s’agit de l’analyste militaire américano-britannique accusé d’avoir transmis  des éléments à Wikileaks en 2010 sur une bavure de l’armée américaine. Des documents classés « secret défense » : résultat, le garçon a aujourd’hui 22 charges retenues contre lui et encourt la prison à perpétuité.


Mais le problème est également le suivant : Bradley Manning n’a pas de sténographe, la personne chargée de retranscrire les séances d'un procès. Les Etats-Unis ont en effet refusé de lui en financer un. L’organisation « Freedom of the Press Foundation » a réagi sur-le-champ en proposant de faire une collecte de dons pour trouver un sténographe à l’accusé.  Parce que le procès est capital pour l’avenir de l’information et du rôle des whistle blowers, les fameux lanceurs d’alerte.


Vous pouvez faire un don en ligne par carte, via Paypal ou Bitcoin, ou encore envoyer un chèque précise le site BoingBoing. Les retranscriptions du procès seront ensuite publiées chaque jour en ligne, à partir du 3 juin, afin qu’il soit librement accessible au monde entier. Une opération qui fera sûrement des émules et devrait avoir un impact fort sur les droits des détracteurs à travers le monde.