Aller au contenu principal

Holà sur les cigarettes électroniques

La couille de "2h15 avant la fin du monde" met en garde les fumeurs électroniques : finie la rigolade

Par Marie MIssou

Vous connaissez forcément quelqu'un qui est devenu une publicité vivante pour la cigarette électronique, qui rigole tout seul en l'utilisant dans les bars ou au cinéma, ou qui fait le mariole quand on lui demande d'éteindre sa clope.

Et bien figurez vous que bientôt votre ami sera illégal.

La cigarette électronique risque bien de subir un sévère claque de la part du gouvernement. N’allant pas jusqu’à l’interdiction, l’État a tout de même décidé de l’encadrer (très) sévèrement :


    - Interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics.


    - Vente interdite aux mineurs.


    - Mêmes restrictions que le tabac sur la publicité.


    - Normes à mettre en place pour les fabricants et vendeurs agréés.



Le danger potentiel présenté par ce type de gadget ne réside pas dans la fumée que l’on produit en « vapotant » (mot un poil ridicule inventé de toutes pièces et pas encore rentré dans le Petit Robert et qui semble vouloir dire  : fumer sur une cigarette électronique) mais peut-être bien dans le fait que les plus jeunes peuvent s'en procurer - quelle drôle d'idée - et se familiariser avec la nicotine.

Si Marisol Touraine, ministre de la Santé, décide d’appliquer ces recommandations, c’est toute une industrie qui serait touchée. Depuis l’apparition de cette cigarette high-tech, 150 magasins spécialisés ont ouvert en France et on compterait pas moins d’un million d’utilisateurs/consommateurs dans notre pays

Histoire d'internationaliser un peu ce débat qui devrait faire descendre beaucoup de mondre dans les rues : apprenez qu'à Hong Kong, la simple possession d’une cigarette électronique peut être passible de 10.000€ d’amende et deux ans de prison.

 

Source : Presse Citron