Aller au contenu principal

Une Pussy Riot en grève de la faim

Maria Alekhina s'est vue refuser le droit de comparaître à l'audience de sa propre demande de libération anticipée

Par Adrien Gingold

Maria Alekhina, l'une des Pussy Riot, ce groupe contestataire russe emprisonné depuis sa chanson anti-Poutine (également appelée "prière punk", ça dépend du parti-pris) dans une église de Moscou, a annoncé ce jour entrer en grève de la faim en signe de protestation au refus de sa présence à son audience de demande de libération anticipée, ajoutant qu'elle interdisait "à ses avocats de participer aux débats jusqu'à ce qu'on m'amène au tribunal".

En conséquence, les débats ont été ajournés jusqu'à demain. "D'habitude, les intéressés peuvent pourtant participer aux audiences de ce type", s'est étonnée l'avocate de la défense.

Affaire à suive...